Le sujet du suicide au travail. Psychopathologie d'un mode contemporain de passage à l'acte

par Lara Pennec

Projet de thèse en Psychologie

Sous la direction de Laurent Ottavi.

Thèses en préparation à Rennes 2 , dans le cadre de École doctorale Sciences humaines et sociales (Rennes) depuis le 02-12-2012 .


  • Résumé

    Ce sujet s'inscrit dans une actualité du malaise telle qu'elle se transmet dans l'actualité médiatique. Un suicide sur le lieu du travail est à l'initiative de la construction d'un discours déplié sur l'avant et l'après à ce point de hors-discours ; Endroits creux où nous porterons notre attention. Notre première élucidation et difficulté tiendra dans une étude sans sujet, décédé. Seule une lettre laissée où quelques mots se condensent, s'appliquent à ce que le travail soit incontournable. Elle ne prend son sens que sous le regard qui la déchiffre. C'est au niveau de la mémoire, de ceux qui restent en vie que l'empreinte fait trace. Puis d'autres suicides viennent faire série. Nous interrogerons l'identification en psychanalyse, les emprunts du moi, de l'idéal, du surmoi aux traits de l'Autre comme consécutifs d'un sujet de l'inconscient. Il conviendra d'envisager dans quelle mesure la piste d'un acte emprunté peut être poursuivie. Enfin, si le suicide vient trouer le discours-manageurial où le sujet ne trouve pas de place à être, c'est au prix d'une mélancolie sans retour ; une intention meurtrière envers cet objet-travail suffisamment forte pour que la libido consente à la retourner contre soi, à se traiter comme un objet. Au point de l'acte acéphale, le poids du social, non seulement émerge mais se rend évident. Il conviendra pour nous, interroger le sociologue dans ce qu'il sait de cet objet anomique, par lequel les conditions de l'anéantissement du sujet est possible.


  • Pas de résumé disponible.