Le rôle du développement financier dans l'occurence et la résilience des crises

par Clément Mathonnat

Projet de thèse en Sciences économiques

Sous la direction de Alexandru Minea et de Benjamin Williams.


  • Résumé

    Dans un contexte de crise économique et financière mondiale majeure, le modèle financier des pays développés semble être systématiquement mis en cause pour son rôle dans le déclenchement et l’amplification des crises. L’intérêt de cette thèse est donc de clarifier et d’approfondir l’analyse de la relation entre développement financier et crises, et ce, en étudiant le rôle du développement sur l’occurrence des chocs (réels et monétaires) et sur leur résilience. Il s’agira par conséquent d’apporter un éclairage nouveau sur les causes de l’instabilité économique, de comprendre quelles furent historiquement les orientations en matière de développement financier qui ont fait que le processus de croissance économique à pu se réenclencher, mais aussi de mettre en avant des stratégies d’actions potentielles pour les pouvoirs publics permettant de maitriser les dynamiques explosives du secteur financier vers une crise économique. D’autre part, un attrait majeur de cette thèse est son caractère pluridisciplinaire. En effet, la réalisation de travaux de recherches dans deux laboratoires de renommée nationales et internationale qui sont les mieux placés en Auvergne pour étudier ensemble l’interaction entre développement financier et crises économiques concoure à rendre ce programme de recherche tout particulièrement ambitieux, innovant et d’un grand intérêt scientifique. Le Centre d’Etudes et de Recherches sur le Développement International (CERDI), de par son expérience dans le développement est un acteur incontournable de la recherche en économie du développement et apportera son expertise pour les questions de développement financier et de résolution des crises macroéconomiques. Le Centre de Recherche Clermontois en Gestion et Management (CRCGM) apportera quant à lui une dimension technique qui souvent manque dans la recherche purement économique ; ce qui permettra de travailler sur des indicateurs innovant du développement financier mais également de mieux comprendre comment répondre aux problématiques qui se posent aux acteurs mésoéconomiques. Enfin, une double démarche d’analyse, théorique d’une part et empirique d’autre part, qui recoure à des outils novateurs contribue à renforcer toute l’attractivité scientifique de ce projet. L’ambition et l’intérêt de ce programme de recherche se traduit par la volonté de contribuer à améliorer les connaissances dans cinq domaines précis que sont :  Définir une mesure claire des crises, mais également constituer des bases de données sur un temps très long des chocs (réels et monétaires) et du développement financier dans ses dimensions publiques et privées.  Etudier la relation entre développement financier et occurrence des crises d’un point de vue théorique à l’aide de la réalisation d’un Modèle d’Equilibre Général Inter-temporel Stochastique (MEGIS), mais aussi empirique à travers de l’utilisation de l’économétrie spatiale permettant de prendre en compte les effets de voisinage en termes économiques et financiers dans la diffusion des chocs.  Etudier la relation entre développement financier et résiliences des crises grâce à l’application d’un modèle de durée, très peu utilisé en macroéconomie, favorisant le caractère novateur de la démarche analytique de ce projet. L’objectif ici sera de monter que le développement financier, à condition d’être encadré, réduit la durée des crises.  Intégrer une dimension historique dans la compréhension des crises économiques à l’aide de la cliométrie. L’usage de cet outil s’inscrit tout particulièrement dans la démarche pluridisciplinaire de ce programme de recherche et contribuera à apporter un éclairage de très long terme sur la dynamique du développement financier et de son rôle dans l’apparition et la résilience des crises.  La formulation de recommandations de politiques économiques afin de permettre aux pouvoirs publics de disposer d’outils et de modes opératoires pour mieux gérer les problèmes de développement financier publiques et privés.


  • Pas de résumé disponible.