Ecrire la révolution égyptienne de 2011 : entre témoignage et fiction

par Ahmed galal mohamed

Projet de thèse en Littératures et civilisations

Sous la direction de Sobhi Boustani et de Delphine Pagès-El Karoui.

Thèses en préparation à Sorbonne Paris Cité , dans le cadre de École doctorale Langues, littératures et sociétés du monde (Paris) , en partenariat avec Institut national des langues et civilisations orientales (Paris) (établissement de préparation) depuis le 01-10-2012 .


  • Résumé

    Cette recherche porte sur l’analyse des problématiques narratologiques et stylistiques dans les écrits parus à la fin du soulèvement populaire survenu en Égypte en 2011. Elle entrecroise deux axes, l’un notionnel et l’autre analytique. D’une part, elle aborde la question du genre littéraire, de l’espace, de la temporalité et de la langue d’écriture. D’autre part, on se propose de comparer cinq textes, qu’on envisagera dans leur double appartenance littéraire et thématique : Ayyām al-Taḥrīr (2011), Cairo : my city, our revolution (2012), al-Ṯawra 2.0 (2012), Aǧniḥat al-farāša (2011) et Sabʿat ayyām fī al-Taḥrīr (2011). Nous examinerons ces œuvres dans le cadre de ce que les critiques ont désigné sous le nom d’adab al-ṯawra ou d’adabiyyāt al-ṯawra – « littérature(s) de la révolution » – et tenterons d’identifier les caractéristiques et les particularités de cette très jeune production. L’enjeu est d’étudier comment les écrivains égyptiens contemporains produisent des narrations à travers lesquelles se déploie un processus d’émerveillement, de reconfiguration et de modification de la représentation du citoyen, notamment celle des jeunes.


  • Résumé

    This research focuses on narratological and stylistic issues in the writings that appeared at the end of the popular uprising in Egypt in 2011. It combines two axes, one notional and the other analytical. On the one hand, it deals with questions of literary genre, space, temporality and language of writing. On the other hand, it offers to compare five texts which will be examined at the literary as well as at the thematic level : Ayyām al-Taḥrīr (2011), Cairo: my city, our revolution (2012), al-Ṯawra 2.0 (2012), Aǧniḥat al-farāša and Sabʿat ayyām fī al-Taḥrīr (2011). These works are considered within the framework of what critics have called adab al-ṯawra or adabiyyāt al-ṯawra--"literature(s) of the revolution". I try to highlight the characteristics and peculiarities of this very young production. The challenge here is to study how contemporary Egyptian writers have produced narratives which reveal a process of wonderment, reconfiguration and transformation of the representation of the citizen, especially that of young people.