« Une nouvelle littérature du travail en Italie au XXIe siècle : un engagement pour une éthique de la terre et des relations humaines »

par Romano Summa

Thèse de doctorat en ETUDES ROMANES spécialité Etudes italiennes

Sous la direction de Angela Biancofiore.

Thèses en préparation à Montpellier 3 , dans le cadre de Langues, Littératures, Cultures, Civilisations , en partenariat avec LLACS - Langues, Litteratures, Arts et Cultures des Suds (laboratoire) depuis le 01-10-2012 .


  • Résumé

    Notre thèse explore la relation entre création littéraire et travail dans les années deux mille. Cet itinéraire de recherche est d'une grande actualité : dans les dernières années nous pouvons signaler la parution d'un grand nombre de livres centrés sur le monde professionnel, si bien que les critiques ont parlé d'une « nouvelle littérature du travail en Italie », après la « littérature industrielle italienne » des années cinquante et soixante. Il s'agit d'œuvres littéraires qui décrivent, avec un grand réalisme, les transformations socio-économiques de notre temps : l'économie néocapitaliste, toujours plus agressive, s'impose à toute la planète, menaçant de faire disparaître les différences culturelles ; la révolution technologique a drastiquement réduit les temps et les coûts de production et a provoqué l'accroissement du chômage ; les nouveaux pauvres poussent pour entrer dans les pays riches, et des nouvelles formes de discrimination et d'esclavage peuvent se vérifier ; dans le marché du travail règnent la flexibilité et la précarité, de sorte que le travailleur de nos jours est investi par une sensation permanente de risque et d'insécurité ; en même temps, les activités de certaines entreprises ont un impact destructeur sur la nature. Les écrivains contemporains ont dénoncé que ces mutations sont à la base d'une logique de surproduction très répandue dans notre société, qui met en danger l'environnement et les droits humains. Ils élaborent alors des formes d'écritures hybrides et novatrices, à travers lesquelles ils visent à fonder une éthique de la terre et des relations humaines.

  • Titre traduit

    « A new litterature on work in Italy for the 21st century: a commitment for an ethic of earth and human relations »


  • Résumé

    Our thesis explores the connection between literary creation and work in the 2000's. It is a very topical research field: the last few years have been full of books focused on the professional world; that's why critics spoke of “a new work literature in Italy”, after the “Italian industrial literature” of the Fifties and the Sixties. It deals with literary works describing realistically the socio-economic transformations of our time: the aggressive neo-capitalist economy, imposed on the entire world which threatens to get rid of the cultural differences; the technological revolution, which has drastically reduced time and cost of production, provoking further an increase in the unemployment rate; newly poor try to dissolve into the developed countries and, in some cases, they are victims of new forms of discrimination and slavery; in the job market reign precariousness and flexibility, so the current workers are affected by an abiding feeling of risk. At the same time, the activities of some companies are having a worrying effect on the natural environment. Contemporary writers have denounced that these mutations are on the basis of widespread overproduction logic in our society that endangers the environment and human rights. They then develop innovative forms of hybrid writings, through which they aim to establish a new ethic of the earth and human relations.