La relation syntaxe sémantique dans les constructions modales en basque

par Irène Balza

Projet de thèse en Etudes basques

Sous la direction de Ricardo Etxepare.

Thèses en préparation à Bordeaux 3 , dans le cadre de Montaigne-Humanités depuis le 21-12-2012 .


  • Résumé

    L’objectif de cette thèse de doctorat est d’examiner les verbs modaux dont la base est nominale ou adjctivale, avec une attention toute particulière aux verbes modaux behar izan « avoir à, avoir besoin » et nahi izan « vouloir » en Basque. Cet examen tiendra compte des aspects syntaxiques et sémantiques pour proposer une représentation syntaxique précise des structures modales. Les hypothèses de départ sont les suivantes : (i) les verbes modaux peuvent être de nature syntaxique diverse (des têtes fonctionnelles ou lexicales) (ii) Ils peuvent sélectionner des compléments syntaxique et sémantiques différentes L’analyse de ces constructions sera approché de trois points de vue différents : D’un point de vue syntaxique, les constructions mises en examen peuvent selectionner des compléments finis ou non-finis. Quand le verbe modal prends un compléments non-fini nous avons deux types de complément différents : A) les compléments nominalisés dont la tête est le suffix –tze B) les compléments dites de participe, dont la tête sont les suffixes –tu, -i ou Ø Quand les verbes modaux prennent un complément de type B, je montrerai que ces compléments peuvent représenter de structures syntaxiques de complexité diverse. La complexité de ces compléments est en relation avec la nature fonctionnelle ou lexicale du verbe modale. Les verbes modaux à caractère fonctionnelle sont des verbes de restructuration dans le sens de Rizzi (1982) et plus recemment Cinque (2006). Les verbes modaux de type fonctionnel exigent la restructuration du verbe modal et de son complément. Dans le cas d’un verbe modal de type lexical, cette restructuration n’est pas obligatoire, mais elle est néanmoins possible. J’examinerai ces des types de restructuration selon la thèse qu’ils pourraient représenter, respectivement, des structure syntaxiques de montée et de control, tout en examinant le débat récent sur le statut de cette différence dans la grammaire générative (voir Hornstein, 2000 ; Landau, 2001). D’un point de vue sémantique, je procéderai à l’examen des différents valeurs modales qui peuvent être associés à ces constructions, tels que les lectures épistémiques, déontiques, implicatives ou contrefactuelles, dans le but de décider sur les facteurs qui induisent ces lectures. J’examinerai aussi quelles sont les représentations syntaxiques qui font possible ces différents lectures. Dans chaque cas, il sera question d’explorer la manière dans laquelle la valeur modale, l’aspect et la négation interagissent. Finalement, j’examinerai le développement des structures modales en basque d’un point de vue diachronique, dans le but de répondre à deux questions : (i) Les prédicats modaux se sont-ils développés à partir du domaine lexicale pour devenir dans certains cas des éléments fonctionnels ? (ii) Quelle est la relation, du point de vue diachronique entre les verbes modaux et les substantifs et adjectifs homonymes qui seraient à la base de ces constructions ? En ce qui concerne l’originalité de ce travail, je dois dire qu’il n’y a presque pas de travaux sur la relation syntaxe sémantique dans les constructions modales en basque. Je me propose d’examiner de manière critique les derniers apports de la syntaxe des constructions modales, tels que Cinque (2006) et Wurmbrandt (2001) pour proposer les thèses alternatives suivantes : (i) Contre les propositions de Cinque et de Wurmbrandt, je montrerai que les verbes modaux en basque n’induisent pas tous de restructuration avec leur complément. (ii) Quand ces prédicats induisent une restructuration syntaxique, elle peut se définir par des configurations syntaxiques diverses, comme cela arrive pour de verbes autres que les verbes modales et qui peuvent déclencher un processus de restructuration (voir Wurmbrandt, 2004). Je montrerai aussi que le différents degrés de restructuration qui opèrent dans le contexte des verbes modales, ne coïncide pas avec la classification de type verbales proposée par Wurmbrandt.


  • Pas de résumé disponible.