Architecture des granges des XIIe et XIIIe siècles en France septentrionale : plan, techniques de construction et fonction dans le régime seigneurial.

par Raphaël Avrilla

Projet de thèse en Archéologie

Sous la direction de Élisabeth Lorans.

Thèses en préparation à Tours , dans le cadre de Sciences de l'Homme et de la Société depuis le 12-11-2012 .


  • Résumé

    Cette thèse a pour objet d’étudier l’architecture des granges, et plus particulièrement leur structure de charpenterie, du début du XIIe à la fin du XIIIe siècle dans la moitié nord de la France. Il s’agit de définir les différents modèles de bâtiments selon leurs possesseurs, les zones géographiques et leurs modalités de fonctionnement, et d’analyser leurs caractéristiques architecturales ainsi que leur évolution sur deux siècles. Ce travail s’attachera à mettre en perspective ces architectures monumentales avec le processus de mise en place et de développement des centres d’exploitation agricole et de la gestion foncière des seigneuries laïques et ecclésiastiques. Ces constructions, le plus souvent impressionnantes par leur grande dimension et leur qualité architecturale, accompagnent le vaste mouvement de création d’abbayes, de commanderies et d'établissements charitables en France à la fin du XIe siècle et qui s'amplifie aux XIIe et XIIIe siècles sur les plateaux céréaliers. Cette recherche portera sur une étendue allant de la vallée de la Loire à la Picardie, mais en focalisant les analyses sur les monuments les plus représentatifs et les mieux conservés qui permettront de caractériser cette architecture et son évolution sur deux siècles. Plusieurs thématiques seront abordées : l’évolution de techniques de charpenterie novatrices liées au développement de l’architecture gothique ; le caractère monumental et expérimental de certaines charpentes lié aux dimensions exceptionnelles des édifices ; le fonctionnement économique de ces granges (partition entre le stockage et le bétail, circulation, techniques d’engrangement, capacités de stockage) ; les attributs de prestige (tourelles annexes, portique, qualité architecturale…) ; l’organisation des centres d’exploitation agricole. Sur le plan méthodologique, l’étude des granges et de leur charpente utilisera des sources de deux ordres : les fonds d’archives textuelles et iconographiques, médiévales et modernes, et les données archéologiques à travers des relevés du bâti 2D et 3D réalisés au tachéomètre laser (TCR407Ultra) et au scanner 3D, avec l’aide des logiciels AutoCadCovadis et par photogrammétrie (Photoplan). Cette thèse répond à des enjeux scientifiques et patrimoniaux d’actualité. La connaissance de ces monuments prestigieux doit offrir un outil d’aide à la décision non seulement pour la mise en valeur de ces édifices, très souvent menacés de disparition, mais encore pour la prise en compte du caractère archéologique des charpentes médiévales dans les techniques de restauration mises en œuvre.


  • Pas de résumé disponible.