Contagion et intégration financière pendant l’entre-deux guerres : l’exemple de la Bourse de Paris

par Raphaël Hekimian

Projet de thèse en Sciences économiques

Sous la direction de Cécile Couharde.

Thèses en préparation à Paris 10 , dans le cadre de Ecole doctorale Economie, organisations, société (Nanterre) , en partenariat avec EconomiX (Nanterre) (laboratoire) depuis le 08-01-2013 .


  • Résumé

    Cette thèse a pour objet de revisiter, à la lumière de données financières historiques in¬édites, certains résultats de la littérature en histoire économique concernant la propagation de la Grande Dépression vers l’Europe, et plus particulièrement vers la France. Nous cher¬chons notamment à étudier les différents canaux de transmission à l’échelle internationale -boursiers, bancaires et monétaires- de cette crise et évaluons le rôle respectif qu’ils ont pu exercer dans la propagation de cette crise aux marchés financiers français. Les différentes contributions, que nous proposons dans cette thèse, sont avant tout empiriques et s’appuient sur un travail important effectué en amont de collecte et de traitement de données finan¬cières originales, provenant principalement des archives de la Bourse de Paris. Plusieurs résultats importants émergent de notre travail. Notre analyse sur les marchés boursiers montre, tout d’abord, que le krach boursier américain de 1929 a eu un faible impact sur la bourse de Paris, De même, le système bancaire français a, dans son ensemble, plutôt bien résisté à la crise bancaire du début des années 1930, en raison notamment de la forte spécialisation qui le caractérisait à cette époque. Enfin, nous montrons que le niveau d’intégration financière entre les Etats-Unis, la France et la Belgique, à travers l’étude des relations bilatérales entre les marchés actions de ces trois pays, a eu tendance à se renforcer avec l’adoption par ces pays du système de l’étalon "de change" or. Cette forte intégration financière, couplée aux contraintes en matière de politique économique liées à ce système monétaire, pourraient ainsi expliquer comment la Grande Dépression s’est propagée en Europe et pourquoi la crise économique s’est prolongée dans des pays comme la France ou la Belgique, comparativement à d’autres grandes économies.

  • Titre traduit

    Contagion and financial integration during the interwar : the example of the Paris stock exchange


  • Résumé

    The aim of this thesis is to shed new light on how the Great Depression spread to Europe, and more particularly to France by relying on new historical financial data compiled from original source documents. In particular, we analyze the different transmission channels - stock markets, banking sector and international monetary system - of this crisis, in order to assess the respective role they have played in the impact of this crisis on French financial markets. We contribute empirically to this larger literature by providing evidence based on original historical data hand-collected from the archives of the Paris Stock Exchange. Several important results emerge from our work. Our analysis based on the stock markets shows, first, that the American stock market crash of 1929 had a low impact on the Paris stock exchange. Similarly, the French banking system, as a whole, remained quite resilient to the banking crisis of the beginning of the 1930s, mainly due to its strong specialization of the sector at that time. Finally, we show that the level of financial integration between the United States, France and Belgium - proxied by bilateral relationships between their equity markets - has tended to increase with the adoption by these countries of the Gold Exchange Standard. This high financial integration, coupled with economic policies constrained by the exchange rate regime, could explain how the Great Depression spread to Europe and why the economic crisis lasted longer in countries such as France or Belgium, compared to other major economies