Appropriation du français en Algérie: attitudes genrées.

par Abdennour Iguerali

Projet de thèse en Linguistique

Sous la direction de Didier de Robillard.

Thèses en préparation à Tours , dans le cadre de Sciences de l'Homme et de la Société depuis le 21-11-2012 .


  • Résumé

    Le français en Algérie a fait l’objet de plusieurs recherches qui l’ont étudié aussi bien sur le plan sociolinguistique que didactique. Toutefois, malgré le nombre important de ces travaux, certains aspects relatifs à la pratique et à l'appropriation de cette langue restent encore peu explorés, parmi lesquels la question du genre et de ses rapports sociaux. En effet, la pratique du français en Algérie fait apparaître une variation genrée (ex:la réalisation du phonème /R/ qui est uvulaire chez les femmes et apicale chez les hommes) qui se trouve doublée, chez les femmes, d’un discours revendicatif (qui nourrit notre hypothèse du lien entre cette variation les rapports des genres) selon lequel ces dernières maîtrisent le français mieux que les hommes ; ce qui suppose une norme érigée en cible, à identifier. En nous appuyant sur une démarche de type ethnographique revisitée à la lumière de travaux récents en sociolinguistique, nous tenterons d’abord d’explorer cette variation genrée du français dans une perspective qui intègre les rapports sociaux du genre et en identifie les enjeux dans le contexte algérien. Ensuite, nous nous pencherons sur ses éventuelles influences sur son appropriation par les genres. Enfin, nous ferons, à partir d’une comparaison de notre travail avec d’autres travaux francophones sur la question, des propositions didactiques qui pourraient favoriser la réflexion sur les rapports du genre en Algérie mais aussi dans le monde francophone, en gardant à l'esprit la variation de ces rapports dans les aires francophones habituellement reconnues (monde arabo-musulman, Afrique subsaharienne, mondes créoles, francophonies du «nord»). L’intérêt scientifique de cette recherche réside dans ses apports que représentent du point de vue sociolinguistique, l’étude de la variation genrée du français en Algérie sous un angle novateur (les rares travaux qui l’ont abordé ont privilégié des facteurs internes inhérents aux structures des langues), et du point de vue didactique, l’étude du facteur genre, encore très peu problématisé dans la didactique du FLE. Quant à son utilité sociale, elle consistera dans la contribution à la relecture de la notion du genre que devraient permettre ses propositions didactiques et ce afin de tendre, nous l’espérons, vers des rapports plus équilibrés entre les deux sexes en Algérie et dans le monde francophone.


  • Pas de résumé disponible.