Eco-lotissement ou comment la population adapte le concept de la ville durable à son espace de vie.

par Benoit Dessales

Projet de thèse en Aménagement de l'espace, urbanisme

Sous la direction de Laurent Couderchet.

Thèses en préparation à Bordeaux%203 , dans le cadre de Montaigne-Humanités depuis le 11-10-2012 .


  • Résumé

    Si la ville durable et ses principes semblent être acceptés de manière générale, quels changements sont impliqués dans le rapport entre l’habitant et son espace de vie ? Dans ce contexte, comment représenter les pratiques des habitants ? Comment traduire au plus proche de la réalité la possession d’un espace de vie ? Et, au final, comment révéler les changements que le développement durable implique dans la vie d’un résident ? Cette recherche se propose de montrer le regard de l’habitant, c’est-à-dire le regard de l’individu qui pratique, utilise et vit sur un espace, plus particulièrement le sien, qu’il soit à l’échelle du quartier ou à celle de son intimité. Cette thèse se propose d’interroger les habitants et plus particulièrement les résidents de quelques éco-lotissements, forme urbaine qui semble être née d’un compromis entre les aspirations de la population en termes d’habitat et les volontés des politiques en matière d’urbanisme. Toutefois si la représentation est une thématique largement étudiée, rares sont les études qui associent SIG et modélisation en trois dimensions. Pourtant le monde actuel est immergé dans une société qui place au premier plan les représentations 3D. Cette technologie ou forme de représentation, qui se démocratise à travers la société (loisirs, professionnels, éducation, …), influe-t-elle sur le regard de l’habitant ? Permet-elle d’affiner l’analyse des pratiques d’un habitant dans son espace de vie ? Ainsi, cette recherche propose comme méthodologie de représenter les pratiques au sein d’un espace de vie et de mesurer l’influence de la modélisation sur la perception de l’habitant sur son habitat. Ce travail se situera principalement à l’échelle de la propriété, où un ensemble de celles-ci compose l’éco-lotissement étudié.

  • Titre traduit

    Eco-housing estate or how people adapt their living space for sustainable development.


  • Résumé

    If the concept of sustainable city and its principles seem to be generally accepted, then what modifications are implied in the relationship between the inhabitant and his living space? In this situation, how to represent the customs of the inhabitants? How to translate closest to reality the ownership of a living space? And, finally, how to show the changes, decreed by political intentions and influenced by sustainable development, in the life of a resident? This research aims to show the look from a resident’s perspective, which means the feedback of a human who uses a space, especially of his own, and lives on it looking from district scale to inner self. This thesis proposes to ask questions to the residents and especially the residents of some eco-housing estates, urban form that seems to be a compromise between the dreams of the population for housing and the urban planning resulting from political wishes. However, if the plot is a theme widely studied, the studies that combine GIS and three-dimensional modeling are rare. Yet, today's world is immersed in a society that consider 3D representations as the top technical evolution (in plotting). This technology is seen everywhere in daily life (leisure, business, education, ...), and affects the population’s outlook. Does 3D allow us to refine the analysis of the practices of inhabitants on their living space? Thus, this research proposes the following methodology: to represent the practices in a living space and to quantify the influence of 3D modeling on the perception of the inhabitants about their home. This work will be based mainly on the property scale, where multiple properties make up the studied eco-housing estate.