Les meubles en « bois des Isles » un savoir vivre atlantique (XVIe-XIXe siècles).

par Véronique Gabard (Jandon)

Projet de thèse en Histoire de l'Art

Sous la direction de Hélène Rousteau-Chambon.

Thèses en préparation à Nantes , dans le cadre de Sociétés, Cultures, Echanges (Nantes) depuis le 01-10-2012 .


  • Résumé

    Les meubles en « bois des Isles » un savoir vivre atlantique (XVIe-XIXe siècles). Traditionnellement nommé « meuble de port » le meuble en « bois des Isles » a la particularité d'être réalisé en bois massif dans les ports de la côte atlantique. Son développement est indissociable du commerce maritime vers les Amériques et de la poussée d'une nouvelle bourgeoisie européenne entre le XVIe et le XIXe siècle, qui cherche à se démarquer du pouvoir central. En tant qu’ornement il pose le problème de sa reconnaissance en tant que "style" par les métropoles et les artisans. Deux notions se mêlent : l’idée de création au service ou génératrice d’une production spécifique et l'établissement de codes reconnus par tous. Il devient donc outil d’affirmation sociale et de légitimation. A la base de réalisation modeste et sobre, il prend un caractère raffiné au cours du XVIIe pour accéder à une dimension plus luxueuse voir ostentatoire au XVIIIe. Les codes de la création peuvent être alors hérités du mobilier national ou d’autres sources qui nous inciteraient à prendre en compte la notion de circulation de cet objet et de ses artisans. Nous observerons la manière dont il tisse « entre créateur et observateur des réseaux interconnectés de significations culturelles et de relation de pouvoir » comme cadre commun de référence pour interpréter les expériences de la bourgeoisie portuaire et son appartenance à un programme architectural plus global.


  • Pas de résumé disponible.