Désir de livres : usage du livre dans les pratiques artistiques, de 1960 à nos jours.

par Stephane LE MERCIER -DAUNY

Projet de thèse en Arts plastiques

Sous la direction de Leszek Brogowski.

Thèses en préparation à Rennes 2 , dans le cadre de École doctorale Arts, lettres, langues (Rennes) depuis le 02-12-2012 .


  • Résumé

    Que se joue-t-il d'essentiel lorsqu'un artiste aménage un espace supplémentaire dans sa pratique, pour accueillir des livres ? Que se joue-t-il donc lorsqu'il cède au pouvoir de ces ouvrages - Oeuvres de fiction ou bien théoriques ? Pour débuter cette analyse, on s'appuiera sur deux oeuvres à l'approche conceptuelle totalement opposée : l'installation "The Infomation Room" dont l'artiste, Joseph Kosuth, a interdit dès 1969 la consultation des ouvrages et de "The Martha Rosler Library"(2005), bibliothèque nomade au service du public. Le hiatus entre ces deux choix d'expositions est si définitif qu'il semble, depuis les années 1960, orienter les stratégies artistiques à l'endroit du livre. Dans le premier cas, "Le devenir sculpture du livre", on analysera le détournement formel du livre, sa réification au détriment de son contenu, tandis que dans le second, "Les livres pour les livres", on s'attardera sur des projets éditoriaux, des dispositifs modestes avant tout pensés comme outils épistémologiques : le spectateur participant alors à une véritable expérience. Pour se faire, on convoquera un nombre certain d'oeuvres et d'artistes des avant-gardes historiques(Fluxus, art conceptuel) ainsi que de l'époque post-moderne. Au travers de cette opposition, c'est toute la complexité - voire l'ambiguïté - que l'artiste plasticien noue avec le livre qui surgira et avec elle, le maintien ou non d'une tradition humaniste.


  • Pas de résumé disponible.