De la déconstruction au recyclage des déchets : étude socio-économique et territorialisée de la filière démolition dans le Grand Lyon

par Laetitia Mongeard

Projet de thèse en Géographie, aménagement et urbanisme

Sous la direction de Vincent Veschambre.

Thèses en préparation à Lyon , dans le cadre de Sciences sociales depuis le 15-11-2012 .


  • Résumé

    Le paradigme de la ville durable invite de plus en plus à reconstruire la ville sur elle-même et la démolition constitue l’une des modalités du renouvellement urbain. A ce titre, et même si cette option a ses détracteurs sur le plan de la durabilité, les entreprises de démolition sont des acteurs majeurs de ce renouvellement, qui ont dû faire face depuis une dizaine d’années à une rapide évolution de leur métier. La durabilité implique également de gérer de manière soutenable les ressources naturelles, notamment minérales. C’est pourquoi les déchets inertes issus de la démolition tendent à être de plus en plus utilisés dans la construction de nouveaux matériaux de construction, même s’ils sont encore majoritairement recyclés dans les travaux publics. Nous envisagerons donc la démolition comme une action intégrant non seulement l’acte de démolir, mais aussi de recycler les déchets produits à cette occasion, ce qui renvoie à la notion économique de filière. Dans quelle mesure la filière démolition est-elle structurellement et fonctionnellement adaptée à une évolution (quantitative et qualitative) des besoins en la matière et à des objectifs d’augmentation du recyclage des déchets inertes dans le bâtiment ? Cette activité étant fortement territorialisée, la thèse sera donc menée à une échelle locale, celle du Grand Lyon. Quel impact l’évolution des normes en matière de recyclage, ainsi que l’ouverture de chantiers nouveaux (dans le cadre de la rénovation urbaine) a pu avoir sur un tissu d’entreprises essentiellement constitué de PME ? Comment ces producteurs de déchets de chantiers dispersés fonctionnent avec des installations de recyclage peu nombreuses, mais qui doivent rester proches des lieux de production et accessibles ? L’objectif du travail est d’établir une étude socio-économique et territorialisée de la filière démolition dans le Grand Lyon, de l’activité dite de « déconstruction » à la production et au stockage de granulats de béton recyclé.


  • Résumé

    The paradigm of a sustainable city encourages to reconstruct the city on itself and demolition is one of the methods leading to urban regeneration. Therefore, despite being possibly criticised as far as sustainability is concerned, demolition companies are players of the greatest importance in this regeneration, that have had to face, in the last ten years, a quick evolution of their job. Sustainability also involves managing natural resources in a sustainable way, in particular mineral ones. That's why inert wastes from demolition are more and more used in the elaboration of new building materials, even if they are mainly recycled in civil engineering. So, we will consider demolition not only as a process of pulling buildings down but also as a process of recycling wastes produced. This refers to the notion of industry. Whereas demands about quality and quantities of recycling are increasingly larges, how demolition industry can adapt its structures and practices? The study will be carried out at a local scale, the urban area of Lyon, France. Demolition companies are mainly SMEs. What is the impact of recycling standards evolution and of new sites of demolition, in relation with urban regeneration, on this branch of industry? In the building/demolition process, there are dispersed producers of wastes that have to work with few recycling sites. How do they work with those sites considering they have to accessible but close to production sites as well? The aim here is to carry out a socioeconomic and territorialized research on the demolition industry in Lyon and its suburbs, from deconstruction to production, and to the management of recycled concrete aggregate.