Le roi en son duche : étude sur les relations entre le roi de France et l'aristocratie de Bretagne au XIIIè siècle.

par Vincent Launay

Projet de thèse en Histoire médiévale

Sous la direction de Florian Mazel.

Thèses en préparation à Rennes 2 , dans le cadre de École doctorale Sciences humaines et sociales (Rennes) depuis le 01-12-2012 .


  • Résumé

    "Le roi en son duché" : en faisant référence, par analogie, à la célèbre formule du XIIIè siècle selon laquelle "le roi de France est empereur de son royaume", cette étude veut clairement identifier les éléments de la "présence" royale en Bretagne durant ce que l'historiographie appelle "l'âge d'or capétien". En effet, les règnes des derniers Capétiens directs, de Philippe Auguste à Charles IV le Bel, n'ont pas constitué la marche continue vers la maîtrise politique et territoriale du royaume jadis décrite par le "roman national"(pour la célébrer) ou le "roman régional"(pour la déplorer), mais plutôt une construction complexe, souvent ambivalente, dont le compréhension nécessite l'analyse de l'ensemble des formes sociales et géographiques qui la composent. Or il manque une étude récente embrassant pour l'ensemble de la Bretagne ducale ses liens avec les provinces limitrophes et le pouvoir royal. Le cas de la Bretagne apparaît d'autant plus intéressant que le XIIIè siècle s'ouvre,en 1213. par l'arrivée d'un Capétien à la tête du duché, et que Pierre de Dreux a imprimé sa marque sur la Bretagne et, au-delà, sur tout l'ouest du royaume tenu par le roi son cousin. Si les relations parfois tendues entre le roi et le duc sont bien connues des historiens, la recherche envisagée entend placer au coeur de son projet l'aristocratie de Bretagne et les liens qui l'unissent avec ces deux pouvoirs supérieurs, en considérant tout à la fois leurs enjeux politiques (relations féodales, diplomatiques, militaires) et sociaux(alliances matrimoniales, pratiques de dévotion impact de la nouvelle "gouvernance" royale par l'administration et la pratique de l'enquête, attrait de la cour et des réseaux ecclésiastiques et/ou juridiques.


  • Pas de résumé disponible.