Etude de la transmission du stress financier : nouvelles approches économétriques

par Behzad Abdi Zadeh

Projet de thèse en Sciences économiques

Sous la direction de Helene Raymond.

Thèses en préparation à Paris 10 , dans le cadre de Ecole doctorale Economie, organisations, société (Nanterre) , en partenariat avec UMR 7235 EconomiX (laboratoire) depuis le 30-11-2012 .


  • Résumé

    Les nombreuses crises apparues ces dernières années accentuent la nécessité de contrôler la santé des systèmes financiers nationaux ainsi que leurs interactions avec l'extérieur. Pour mesurer le stress financier, différentes variables financières peuvent donner des signaux contradictoires particulièrement lorsqu’il s’agit d’une sortie de crise. La nécessité d’avoir des mesures continues et synthétiques du stress financier s’impose et facilite l’étude non seulement des épisodes de crises passées mais aussi actuelles et futures. De ce point de vu, plusieurs recherches proposent de nombreuses méthodologies pour l’étude du stress financier à travers différentes méthodes : L’indice canadien de Illing et Liu (2006), l’indice KCDFI pour les USA de Hakkio et Keeton (2009) et l’indice de Yiu, Ho et Jin (2010) pour le Hong Kong (méthode : ACP) ; Indice du FMI (2008) et celui de Caldarelli, Elekdag et Lall (2011) pour 17 pays développés (méthodes de pondération) ; Indices de Balakrishnan et al. (2009) et de Lo Dunca et peltonen (2011) pour la transmission du stress financier entre pays développés vers les pays émergents (méthode en 2 étape/ calcul de quartiles empiriques). L’objectif de ce projet de recherche est de tester différentes méthodologies de construction d’indices de stress financier proposés dans la littérature pour mettre plus d’éclairage sur la transmission du stress financier à l’aide de différentes méthodes économétriques. Plus précisément, pour les pays de la zone euro (resp. émergents), nous étudions dans une première étape, la transmission du stress pays par pays (en série temporelle) afin de trouver des réactions spécifiques de chaque pays au stress financier des pays de la zone euro (resp. émergents). Il s’agit d’abord d’améliorer l’approche linéaire pays par pays en ajoutant d’autres variables explicatives par rapport aux variables proposées dans la littérature (comme par exemple des effets croisés). Puis de tester si une spécification non linéaire (TAR, SETAR, LSTAR), pays par pays, capterait mieux la transmission du stress financier entre les pays de la zone euro (resp. émergents). Dans une deuxième étape, nous proposons une approche poolée (en panel) afin de mettre en évidence une éventuelle réaction commune que pourrait avoir les pays de la zone euro (resp. émergents) face un choc exogène ; aussi nous proposons dans ce projet de recherche de tester d’autres spécifications économétriques (non linéarité, dynamique, …) et par conséquent d’utiliser d’autres méthodes (estimation par les GMM : Arellano et Bond, Blundel et Bond, etc.). Nous souhaitons aussi tester les méthodes récentes en panel non linéaire (Hansen, 1999). Les résultats trouvés montreront ainsi la supériorité d’une méthodologie ou d’une autre. Enfin, nous utiliserons ces différents outils économétriques pour l’étude de la transmission du stress financier des pays développés vers les pays émergents et mener ainsi une étude comparative des différents mécanismes de transmission.


  • Pas de résumé disponible.