Modèles indiciels d'assurance et applications

par Constance Collin

Projet de thèse en Sciences de gestion

Sous la direction de Didier Folus.

Thèses en préparation à Paris 10 , dans le cadre de Ecole doctorale Economie, organisations, société (Nanterre) , en partenariat avec Ea 4429 Ceros (laboratoire) depuis le 10-01-2013 .


  • Résumé

    Contexte Les assurances de type indiciel, où les sinistres reflètent non pas des pertes mais les variations d’un indice de référence, sont très peu répandues en France. C’est pourtant un domaine d’assurance novateur et porteur de grands espoirs quant à la couverture de risques jusqu’à présent considérés comme « non-assurables » et qui reste, d’un point de vue académique, peu exploré. Dans le cadre de l’assurance des fourrages, les attentes de l’entreprise d’accueil sont focalisées sur deux points, la mise au point d’un indice fiable et de moyens de réassurance adaptés, qui constituent les principaux axes de recherche retenus. Dans le futur, cet intérêt s’élargira à l’assurance de nouveaux risques, voire à la révision de produits déjà en vente. Axes de recherche Construction de produits d’assurance Le premier objectif de ce travail de recherche est de recenser les indices assuranciels à ce jour utilisés (notamment dans les pays en voie de développement) afin d’en transposer voire d’en créer pour mieux répondre aux problématiques actuelles, ainsi que pour permettre l’assurance de risque encore non-assurés. Nous nous attacherons également à maîtriser le risque de base (risque que la variable assurée soit peu liée aux pertes subies) induit par les indices assurantiels. Ce risque n’est pas toujours estimé, c’est pourtant indispensable dans la conception d’un produit indiciel performant. Cette étude s’appuiera sur le processus de création des indices et sur les données disponibles pour définir le lien entre indice et perte. En se basant sur les besoins que l’assurance considérée est vouée à couvrir, des seuils de déclenchement de l’indice seront définis, puis des méthodes de calcul de primes seront mises en place. Ces méthodes tiendront compte du niveau de risque que l’assuré est prêt à retenir, et du risque systémique, potentiellement très important sur ces produits. Réassurance Le second objectif de ce travail de recherche est d’étudier différentes stratégies de couverture pour les produits indiciels, via les marchés financiers. Cette démarche est originale. En effet, les marchés de la réassurance sont traditionnellement les seuls sollicités par des assureurs pour couvrir leurs risques. Pourtant les marchés financiers offrent davantage de capacités financières, ce qui correspond mieux à la forte exposition de l’assureur induite par les produits indiciels. Les indices assurantiels sont principalement utilisés pour des risques liés au climat, et donc liés à des risques systémiques (affectant simultanément tout le portefeuille). Si la réassurance par les marchés financiers n’est pas la plus habituelle, il existe de nombreux outils de couverture de risque climatique. L’axe de recherche majeur portera sur la titrisation, dans l’esprit de l’essor des obligations catastrophe (CAT bond). D’autres outils pourront ensuite être envisagés, comme des swaps catastrophe par exemple. La combinaison de ces deux objectifs a vocation à proposer des produits d’assurance indicielle performants (présentant un risque de base contrôlé) et viables. La première application de ces travaux est l’assurance française des fourrages. D’autres applications porteront sur des produits de micro-assurance agricole, en Afrique notamment.


  • Pas de résumé disponible.