Antonin Artaud, Walter Benjamin : the unconscious in the remnants of magic and experience

par Sara Hartmann

Thèse de doctorat en Littérature générale et comparée

Sous la direction de Jonathan Pollock et de Dorothee Kimmich.

Thèses en préparation à Perpignan en cotutelle avec l'Eberhard-Karls-Universität (Tübingen, Allemagne) , dans le cadre de École Doctorale INTER-MED (Perpignan) depuis le 11-12-2012 .


  • Résumé

    Cette thèse veut établir une approximation entre Walter Benjamin et Antonin Artaud afin de montrer les affinités de deux œuvres enracinées dans leur temps et engagées dans une critique qui se déroule encore de nos jours. Le point de départ est par conséquent le mouvement surréaliste, à laquelle ils se rapprochent de façon très différente l'un de l'autre, mais qui reste néanmoins comme une sorte de point de référentiel pour les deux. De ce fait, la thèse s’ouvre avec une étude de l'utilisation de l'inconscient Freudien par les surréalistes, surtout à travers la figure d'André Breton. Cette notion réapparaît à plusieurs reprises dans les œuvres des auteurs en question et guidera l'approche de la thèse ainsi que la notion d'expérience, liée à une certaine modernité dont les auteurs sont loin de faire la défense. Si, d'une part, Benjamin parle des expériences en jeu dans le surréalisme en tant que « illumination profane » où se rencontrent la magie et la rébellion ; d'autre part Artaud emploie sa force insurrectionnelle contre les cadres de la pensée et les modes de vie usuelles à travers le surréalisme et ailleurs. Tous deux, cependant, annoncent le besoin de une mystique qui aura lieu dans le corps, passant par l'interruption de la « carrière » artistique et littéraire.

  • Titre traduit

    Antonin Artaud, Walter Benjamin : the unconscious in the remnants of magic and experience


  • Pas de résumé disponible.