Analyse qualitative et quantitative par imagerie à haute-résolution des éléments dentaires des populations néandertaliennes du bassin méditerranéen occidental européen.

par Gaël Becam

Projet de thèse en Préhistoire, paléo-environnements quaternaires

Sous la direction de Sophie Grégoire et de José Braga.

Thèses en préparation à Perpignan , dans le cadre de École Doctorale INTER-MED (Perpignan) depuis le 11-12-2012 .


  • Résumé

    Ce projet de thèse de doctorat est orienté vers l’analyse des éléments dentaires néandertaliens de populations du bassin méditerranéen occidental européen à partir de l’imagerie à haute résolution obtenue notamment grâce à un scanner à micro-tomographie à rayon-X. Ces nouvelles méthodes non invasives, non destructrices et inédites sur certaines séries permettent l’exploration des structures internes des dents. Les champs d’analyse de ce projet concernent, d’une part, le développement ontogénétique des sujets néandertaliens présents dans ces séries à travers les chronologies relative et absolue du développement dentaire. Ces analyses permettraient d’observer et de comparer les différentes étapes de la croissance dentaire néandertalienne par rapport aux autres taxons. Ces données pourraient permettre de compléter ou de proposer, si nécessaire, un modèle de développement dentaire pour ces populations néandertaliennes afin d’obtenir de nouveaux âges au décès pour certains individus et de les comparer aux âges déjà estimés. D’autre part, ces méthodes permettent la caractérisation morphologique des populations présentes grâce à la quantification de nouveaux paramètres tels que les surfaces et les volumes des différents éléments qui composent la structure interne d’une dent (émail, dentine, cavité pulpaire). Elles permettent également la description morphologique de chacune de ces structures. Enfin, les résultats obtenus feront l’objet d’une comparaison d’après une base de référence solide regroupant différents taxons. L’ensemble participerait à la quantification de la variabilité intra-spécifique chez Homo neanderthalensis, à la compréhension de ces relations phylogénétiques avec les différents taxons du genre Homo et des modalités évolutives et adaptatives de ces populations en les replaçant dans leur contexte géographique et chronologique.


  • Pas de résumé disponible.