Ecrire les confins et ordonner le chaos : le Mexique comme lieu-limite dans les littératures des Etats-Unis et d'Amérique latine

par Genevieve Dragon

Projet de thèse en Littératures et civilisations comparées

Sous la direction de Emmanuel Bouju et de Bertrand Gervais.

Thèses en préparation à Rennes 2 , dans le cadre de École doctorale Arts, lettres, langues (Rennes) depuis le 01-12-2012 .


  • Résumé

    Il s'agira d'interroger le territoire mythique de la frontière entre Etats-Unis et Mexique, et ses représentations dans la littérature. La notion de frontière semble aller de soi : une ligne définie qui sépare, divise, écarte. Pourtant, cette ligne tracée se déplace et parfois disparaît. Elle doit peut-être plus s'envisager comme espace, d'indétermination et de transgression. La frontière serait plutôt un seuil, ouvrant sur une altérité radicale. Traverser la frontière, y pénétrer serait une initiation douloureuse : la confrontation à l'altérité implique l'altération de soi. C'est la question de la quête : (que) gagne-t-on à traverser ? Que conquiert-on sinon l'expérience malheureuse de la perte et de l'exil ? La frontière, où s'abolissent limites et déterminations est le chaos, c'est à dire une béance, un centre au milieu du néant, où la fin est en germe dans le commencement. La composante spatiale sera prépondérante : le paysage, le désert, la vision d'une nature hostile dans son indifférence même. mais cet espace est aussi un espace-temps au croisement d'histoires qui s'enchevêtrent et coexistent en un palimpseste perpétuel. L'étude croisera des romanciers à la fois nord-américains(C. Mc Carthy entre autres) et mexicains et sud-américains, comme R. Bolaño. La frontière est propice à l'Aventure autrefois espace mythique du western, aujourd'hui du polar et du cinéma. Ces questions génériques rejoindront une interrogation sur l'essence même de l'art. On va "fouille[r] [...]dans l'horreur" (R. Bolaño) pour tenter de mettre en récit le chaos, d'ordonner ce qui ne peut l'être dans un lieu où la "probabilité du réel est absolue". (C. Mc Carthy)


  • Pas de résumé disponible.