Discours et justice sociale dans le travail d'organisation communautaire à Montréal : recherche en sociolinguistique urbaine sur l'organisation communautaire dans l'arrondissement Verdun

par Thierry Deshayes

Projet de thèse en Sciences du langage

Sous la direction de Patricia Lamarre et de Philippe Blanchet.

Thèses en préparation à Rennes 2 en cotutelle avec l'Université de Montréal - Québec , dans le cadre de École doctorale Sciences humaines et sociales (Rennes) depuis le 01-12-2012 .


  • Résumé

    La sociolinguistique urbaine étudie la co-variance entre langue et espace. De son point de vue, la langue n’est pas qu’une ressource, neutre et extérieure, mobilisée dans le monde social, tout comme l’espace n’est pas que le réceptacle de celui-ci. Ils sont plutôt tous deux des produits et (re)producteurs des réalités sociales, et des effets de justice et d’injustices qui les traversent. Qui plus est, la sociolinguistique s’intéresse au langage dès lors qu’il implique des problèmes sociaux (Marcellesi, 1986), autrement dit, lorsqu’il croise la question de la justice sociale, qui est également au cœur des missions de l’organisation communautaire (Bourque et al., 2007). Or, cet idéal de justice des organismes communautaires au Québec n'est pas exempt d'implications idéologiques, et a fortiori, linguistiques, liées notamment à l’émergence politique de la communauté francophone dans les années 1960. Qui plus est, dans le contexte néolibéral contemporain, l’arrondissement Verdun est de plus en plus un espace de pluralité sociale et linguistique (plurilinguisme historique, immigration, mobilités diverses survalorisées, rénovation urbaine, etc.) qui implique nécessairement des divergences de représentations et d’attitudes vis-à-vis de l’espace, des langues et des identités entre les différentes communautés en son sein. Ces divergences s'observent notamment chez les intervenants des différents organismes communautaires. Comment les langues et pratiques langagières du quartier y sont-elles reconnues, valorisées, légitimées, représentées, etc. ? Où ? Par qui ? Quelles implications cela a-t-il sur l’exigence de justice sociale de cet organisme ? Comment l’étude sociolinguistique de ces divergences liées aux positions sociales, et interrogées via l'analyse sociolinguistique des discours des uns et des autres, pourrait-elle participer à cet idéal de justice ? Comment, dans le contexte néolibéral, continuer à construire de la communauté politique malgré ces divergences et ces évolutions ?

  • Titre traduit

    Discourses and social justice in community organizing in Montreal : an urban sociolinguistics research about community organizing in Verdun - Montreal


  • Pas de résumé disponible.