L’expérience infirmière en psychiatrie et santé mentale : enquête sur les dynamiques de professionnalisation et de construction du rapport au métier

par Julien De Miribel

Projet de thèse en Sciences de l'éducation

Sous la direction de Patricia Champy-Remoussenard.

Thèses en préparation à Lille 3 , dans le cadre de École doctorale Sciences de l'homme et de la société (Villeneuve d'Ascq, Nord) depuis le 01-12-2012 .


  • Résumé

    Cette recherche traite des préoccupations de professionnalisation des infirmiers en psychiatrie et santé mentale. Elle s’inscrit dans un contexte commandité via sa mise en œuvre en convention industrielle de formation par la recherche (CIFRE). Commanditaire de ce travail, l’établissement public de santé mentale Lille-Métropole a développé un dispositif dit de « professionnalisation et tutorat » pour compléter une formation initiale jugée insuffisante après que le diplôme d’infirmier de secteur psychiatrique, et la formation y conduisant, aient été supprimés en 1992. La portée de ce dispositif est analysée à trois échelles, à partir d’une démarche compréhensive. D’abord, celle de son inscription dans l’évolution historico-culturelle du groupe professionnel. Ensuite, celle des acteurs mobilisés pour son fonctionnement. Enfin, celui de son appropriation par les néo-infirmiers destinataires de ce travail éducatif institué par le dispositif. Il est montré que le dispositif exprime une intention de (re)professionnalisation du groupe social par l’institution d’une relation entre travail et formation. Celle-ci est mobilisée comme axe analytique permettant d’examiner comment, dans l’expérience des néo-infirmiers, se construit le rapport au métier. La question de la violence en psychiatrie est aussi examinée à l’aune de cette relation pour étudier la manière dont elle est prise en compte dans les pratiques infirmières. Enfin, le caractère commandité de cette recherche la positionne dans un système d’attentes à plusieurs niveaux. Le chercheur est alors conduit à penser son implication et lui donner une dimension interventionniste, ceci par la formation de certains acteurs du terrain.

  • Titre traduit

    Psychiatric and mental health nurses’ experience : inquiry on dynamics of professionalisation and building relationship with the craft


  • Résumé

    This research confronts the concerns surrounding the professionalisation of psychiatric and mental health nurses. It takes place in a financed context through its implementation as a CIFRE programme (research and training agreement). As its sponsor, the mental health care facility of the Lille Metropolitan area has set up a plan called “professionalisation and tutoring” in order to complete nurses’ initial training, judged insufficient since the psychiatric nurses’ degree and its associated training were shut down in 1992. The plan’s significance is analysed through three levels and from a comprehensive approach. The first level regards its situation in the historical and cultural evolution of the professional group. The second, that which concerns the plan’s actors getting involved to make it work. The final level refers to the neo-nurses appropriation of the educative work instituted by the plan. It is shown that the plan expresses an intention of (re)professionalising the social group by establishing a relation between work and training. This third level is used as an analytical line allowing the study of how, in neo-nurses’ experience, the relationship with the craft is built. The theme of violence in psychiatry is also examined through the relation between work and training to study how it is taken into account in the nurses’ practices. Finally, the typicality of this research, financed by a sponsor’s funds, implies that it has to deal with a system of expectations composed of different levels. Here, the researcher is made to consider its involvement and give an interventionist dimension by training some actors of the field.