Femmes actrices de la société du XVIIe siècle, les épouses de ministres au temps de Louis XIV.

par Pauline Ferrier

Projet de thèse en Histoire moderne et contemporaine

Sous la direction de Lucien Bély.

Thèses en préparation à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Histoire moderne et contemporaine (Paris) depuis le 12-07-2011 .


  • Résumé

    Dans les années 1950, alors qu'aucune étude sur les femmes en tant que groupe social n'existe, l'université d'Oxford ouvre une chaire d'histoire des femmes, mais les bancs en sont rapidement désertés. Cependant, moins de dix années plus tard, des sociologues reprennent cette idée d'une "histoire des femmes", qui soit particulière aux femmes. Il s’agit donc, à l'aune de l'historiographie, d’un champ historique neuf et jeune. Ce travail d'historiographie effectué, il a fallu choisir un groupe d'étude inédit offrant des sources disponibles. Dans ce sens, il semble intéressant d'étudier chacune des femmes des ministres au cours du règne de Louis XIV, réunies dans un nouveau « groupe social », caractérisé par la fonction politique des maris, le niveau social (noblesse, d'épée ou de robe), la fréquentation de la Cour. La variété des sources consultables (actes notariés, correspondances, journaux, mémoires) mènent à envisager deux angles d'approche principaux : tout d'abord les différentes activités, quotidiennes ou extraordinaires de ces épouses de ministres, puis leur rôle dans les sphères du pouvoir, à la Cour de Versailles. Cette thèse vise donc à définir les rôles, fonctions et représentations de ces femmes au sein de leur couple, de leur famille, de leur communauté ou de la Cour. Par conséquent, il s'agit dans un premier temps d'évaluer l'activité de ces femmes, de les définir autant que de les décrire et de les remplacer dans le contexte politique et social de la France du XVIIe siècle. De plus, cette réflexion permettra d'entrevoir la capacité d'action réelle des femmes du XVIIe siècle, au-delà des considérations juridiques, dans le contexte du mariage. Mon étude se veut donc également une recherche sur le couple et ses stratégies sociales. Le second angle d'approche est basé sur le constat que ces femmes aux origines diverses (noblesse dite d'épée, voire ducale, noblesse de robe), entrent toutes, par l'intermédiaire de leur mari, dans le monde la Cour, et fréquentent Versailles. Ce postulat posé et justifié, il faudra alors s'interroger, pour chacune d'entre elles, sur cette présence et sur le degré d'assiduité de cette fréquentation. Parmi elles, lesquelles sont véritables "femmes de Cour" ? Dans un second temps, cela pourra amener à examiner leurs activités vis-à-vis de la Cour : lesquelles y ont un rôle, et quel est-il ?


  • Pas de résumé disponible.