Femmes actrices de la société du XVIIe siècle, les épouses de ministres au temps de Louis XIV.

par Pauline Ferrier-Viaud (Ferrier)

Thèse de doctorat en Histoire moderne et contemporaine

Sous la direction de Lucien Bély.

Thèses en préparation à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Histoire moderne et contemporaine (Paris) depuis le 12-07-2011 .


  • Résumé

    « Pouvoir, présence et action » : chacune de ces trois notions renvoie à la capacité d’un individu à entreprendre. Cette capacité d’action des femmes est particulièrement encadrée dans la France d’Ancien Régime, autant par les normes juridiques que par les représentations mentales qui affirment l’inégalité entre les sexes et la supériorité des hommes. Le présent travail a pour buts l’examen des limites de la subordination féminine et l’affirmation de la possibilité d’action des femmes, dans le cadre d’une étude globale consacrée aux épouses des ministres au temps de Louis XIV. Les spécificités du groupe d’étude fondent l’essence de la réflexion : il s’agit d’analyser la possibilité d’action de femmes de la noblesse dans la France du XVIIe siècle, dans le cadre spécifique de mariages les unissant à des hommes exerçant une fonction de type ministériel lors du règne personnel de Louis XIV. Il s’agit donc d’analyser les conditions d’un pouvoir conjugal, familial et social au féminin, puis de définir les domaines dans lesquels les épouses des ministres apparaissent en tant qu’actrices. L’étude vise également à observer les attitudes des couples ministériels afin de déterminer des invariants permettant de comprendre ce que signifie être l’épouse d’un ministre au temps de Louis XIV. L’ancrage historique, juridique, économique, familial et social de ces femmes constitue un sujet d’analyse essentiel pour comprendre la place qu’elles ont occupée dans leur couple, dans leur famille, à la cour, dans la société. Le sujet invite donc à dépasser la description des activités de femmes pour les inscrire dans une histoire du couple, de la société de cour et de la noblesse au Grand Siècle.


  • Résumé

    « Power, presence and action » : each of these three notions refers to each individual's capacity to take action. The ability to take action is particularly supervised for women in France under the Ancien Régime, notably under the legal norm, as well as the mental representations which maintain the inequality between sexes and men's superiority. The aims of this present work are to examine the limits of feminine subordination and the affirmation of the the ability for women to take action, within the framework of a global study focused on the ministers' wives under Louis 14th. The specifications of the study group are the essence of the reflection : the idea is to analyse noblewomen's opportunity to take action in 17th century France, more specifically in the framework of the marriages joining them to men practicing a ministerial function under Louis 14th. Therefore the matter at hand is to analyse the conditions of marital, family and social power in a feminine form, then define the areas in which the ministers' wives appear as actors. The study also aims to observe the ministerial couples' attitudes to determine some constants, allowing us to understand what it meant to be a minister's spouse in the time of Louis 14th. The historical, legal, economical, family and social anchoring of these women form an essential subject of analysis to understand the place they occupied in their couple, in their family, at court and in society. The subject therefore invites us to go beyond the description of women's activities to write them in a history of relationship, court society and the Grand Siècle nobility.