Le désespoir lié au néant dans la condition existentielle

par Sabrina Tezza

Projet de thèse en Philosophie (métaphysique, épistémologie, esthétique)

Sous la direction de Benoît Goetz.


  • Résumé

    La thématique sur laquelle je m’appuis dans le cadre de cette étude est celle de l’existentialisme ; et plus précisément l’être et sa forme que peut être l’individu singulier. En m’inspirant de l’idée d’un devenir subjectif chez Soeren Kierkegaard, je désire développer l’idée d’un réveil philosophique nécessaire à l’individu, plus particulièrement à des fins d’auto-constitution de la conscience ancrée dans les concepts de désespoir et de néant. En effet, l’homme ne parvient jamais à se saisir d’une façon probante dans son existence et il se heurte constamment à des contradictions dans son auto-compréhension. Ce qu’Emmanuel Mounier appelle « existentialisme noir » est aujourd’hui à envisager via Kierkegaard sous le concept de désespoir entendu positivement. Non pas comme une contradiction figée dans l’inintelligible, mais bien plus comme un désespoir salvateur axé sur l’auto-compréhension de la conscience en vertu du choix de soi subjectivement instauré dans la liberté. Or dans cet objectif, il ne s’agit pas de révéler un « trou d’être » si ce n’est dans la conscience humaine, ou une victoire sur le néant en tentant vainement de le rendre abscond mais de justifier ce paradoxe comme un être en devenir, un être qui est, sans savoir qu’il est avant même d’être. De cette façon, il est utile de restituer un existentialisme noir sous l’angle d’un désespoir salvateur en tant qu’auto-constitution de la conscience par le jaillissement du choix de soi via la liberté, mais en rapport avec le concept du néant. En effet, une compréhension de l’être ne peut se faire sans une compréhension du néant dans son rôle énigmatique et pragmatique. Le néant ne serait pas le moteur, mais la conscience du néant nous apporterait une voie d’auto-compréhension car le choix ontologique du néant serait une reconnaissance impliquée de l’Absolu. On peut associer le néant à l'être-soi en sa temporalité même en raison de son ipséité. De sorte que nous tenterons dans le cadre de cette recherche d’approfondir ces deux concepts de néant et de désespoir à travers l’histoire des idées pour en restituer une nécessité. Il est donc intéressant de s’interroger sur la constitution de ce déni au travers de l’histoire des idées pour pouvoir comprendre comment et pourquoi il a été effectif et quelles en sont ses conséquences sur l’existence humaine.


  • Pas de résumé disponible.