Le droit pénal au Proche-Orient ancien dans la première moitié du IIe millénaire av. J.-C.

par Dalila Younsi (Bendellal)

Projet de thèse en Histoire ancienne

Sous la direction de Brigitte Lion et de Denis Lacambre.

Thèses en préparation à Lille 3 , dans le cadre de École doctorale Sciences de l'homme et de la société (Villeneuve d'Ascq, Nord) depuis le 01-12-2012 .


  • Résumé

    Le droit en Mésopotamie fait partie des catégories les mieux documentées des sources cunéiformes. Le projet de cette thèse est de présenter de manière concrète comment s’est élaboré puis exercé le droit pénal au Proche-Orient ancien du XXe au XVIe siècle avant notre ère. Le choix de ne traiter que la première moitié du IIe millénaire av. J.-C. (période Isin/Larsa et paléo-babylonienne) s’explique par la présence exceptionnelle de trois codes de lois (dont le code de Hammurabi), ainsi que de nombreux documents de jurisprudence, rédigés en cunéiforme (sumérien et akkadien). Ces sources sont souvent étudiées de manière partielle, suivant un thème précis ou une région géographique, ce qui ne nous permet pas d’avoir une vue d’ensemble de la matière étudiée. C’est de ce constat qu’est né l’objet de cette thèse. Il est nécessaire de réunir toutes les sources concernant le droit pénal dans un seul corpus et d’en faire un commentaire juridique qui ferait ressortir plusieurs points : les disparités géographiques qui pourraient exister dans l’application du droit pénal ; les normes et les disparités dans la rédaction des documents de la pratique tels que les minutes de procès, les contrats et dans une certaine mesure les documents épistolaires ; enfin, il faudra voir si le contexte dans lequel les sources sont rédigées influent sur l’exercice de la justice. Il sera également intéressant de faire des parallèles avec le droit romain et biblique pour déterminer s’il y a une continuité dans les pratiques judiciaires.


  • Pas de résumé disponible.