Les valeurs liées à la citoyenneté romaine, selon le De Republica de Cicéron

par Fatou Jupiter Sar

Projet de thèse en Etudes latines et grecques

Sous la direction de Mireille Courrént.

Thèses en préparation à Perpignan , dans le cadre de École Doctorale INTER-MED (Perpignan) depuis le 27-11-2012 .


  • Résumé

    Dans notre mémoire de DEA, nous avons analysé la perception que Aristote et Cicéron avaient de l’éthique. Nous avions alors consacré tout un chapitre à cerner le sens de la notion de Citoyenneté dans l’antiquité classique, puis les qualités et le rôle du citoyen au sein de la cité. Ainsi, nous avions retenu que la notion de citoyen est une création de l’Antiquité classique, en relation étroite avec la cité. La citoyenneté est définie comme la jouissance des droits civiques attachés à la nationalité. Dans ce sens, le citoyen est celui qui appartient à la cité, qui dispose de droits (de vote, d’éligibilité…), qui est soumis à des devoirs et au respect des lois, au nom de l’intérêt général. La réflexion sur ce sujet mérite d’être poursuivie car les problèmes que pose la notion de citoyenneté sont au croisement de la Philosophie, de la Politique et du Droit. Ils connaissent aujourd'hui un regain d'actualité – donnant lieu à des prises de positions divergentes autour de l'idée d'une « crise de la citoyenneté ». D’où la nécessité de voir les valeurs qui étaient liées à la citoyenneté romaine, avec comme œuvre de base le De Republica de Cicéron. Une telle formule montre assez que l'appréciation des valeurs incarnées dans la figure du citoyen et la mise en œuvre des exigences qu'elle exprime ont besoin d'une perspective historique. L’objectif de cette recherche est donc de déceler l’origine antique de ce concept pour ensuite cerner les valeurs morales, sociales, juridiques…qu’il impliquait.


  • Pas de résumé disponible.