Les représentations des usages des réseaux socio-numériques dans les mises en scènes contemporaines

par Ervina Kotolloshi

Thèse de doctorat en Etudes théâtrales

Sous la direction de Daniel Urrutiaguer.

Thèses en préparation à Paris 3 , dans le cadre de École doctorale Arts et médias (Paris) , en partenariat avec Institut de recherches en études théâtrales (Paris) (laboratoire) depuis le 14-11-2012 .


  • Résumé

    Cette recherche, consacrée à l’analyse des représentations des usages des réseaux socio-numériques dans les mises en scène contemporaines, se fonde sur l’analyse d’un corpus de créations et de pratiques très récentes produites principalement lors des deux dernières décennies. La thèse s’articule autour d’une perception contrastée de ces usages par les artistes : d’un côté, elle distingue des représentations dont l’agencement scénique et narratif est influencé par des croyances en un déterminisme technologique ; de l’autre côté, elle examine des spectacles élaborés sous l’angle d’une vision interactionniste qui nous paraît plus pertinente. La plus grande partie de cette étude se concentre ainsi sur la participation et l’engagement des usagers ordinaires dans les réseaux socio-numériques qui estompent la frontière entre l’usage et la production, entre l’usager et l’auteur du contenu généré en ligne. Ce qui augmente les possibilités de contribution des usagers/spectateurs avant, pendant et après la représentation théâtrale et qui induit de nouvelles formes d’activation. Mettant en dialogue les études théoriques et les usages esthétiques et scéniques des réseaux socio-numériques, cette thèse considère que ces espaces participatifs, contribuant à l’essor des expériences personnelles et individualisées des spectateurs dans l’espace théâtral ou à distance, influence également à l’apparition de nouvelles formes de documentation plus individuelles et personnalisées. Autrement dit, les réseaux socio-numériques introduisent la présence d’un spectateur-documentaliste dans l’aire de jeu qui transforme la documentation en un acte performatif et ouvre la représentation scénique vers le monde, en incorporant la contribution d’autres usagers n’ayant pas assisté à l’événement théâtral.

  • Titre traduit

    The representations of social media sites’ uses on the contemporary stage


  • Résumé

    This research is devoted to the analysis of the social media sites’ uses in contemporary theater shows produced mainly over the last two decades. The thesis is articulated in a contradictory double movement: on the one hand, it distinguishes performances where the stage and the narration are arranged and organized by technological determinism point of view; on the other hand, this study examines performances staging an interactionist vision of social media sites. The most important part of this research is focused on the participation and the engagement of ordinary social media users that blur the boundary between usage and production, between user and author of the online generated content. This online participation increases the possibilities of the spectators’ contribution before, during and after the performance and induces new forms of spectators’ activation in the theater. Combining theory and stage uses of social media sites, this approach considers that these participatif spaces are contributing to the appearance of personal and individualized spectators’ experiences in the theater space or elsewhere and influencing to the appearance of new forms of individual and personalized documentation. In other words, the presence of a spectator-documentalist on the playing area who affects the representation, transforms the documentation into a performative act and opens the representation towards the world, towards the contribution of other online users who did not attend the performance.