De l'événement scientifique des "manipulations génétiques" au problème des OGM : une approche pragmatiste de la constitution de la dangerosité des OGM comme problème public au prisme de sa médiatisation télévisuelle (1953-2012)

par Thierno Barry

Thèse de doctorat en Sciences de l'information et de la communication

Sous la direction de Jocelyne Arquembourg.

Thèses en préparation à Sorbonne Paris Cité , dans le cadre de École doctorale Arts & médias (2009-2015 ; Paris) , en partenariat avec Université de la Sorbonne Nouvelle (Paris) (établissement de préparation) et de Communication, information, médias (Paris) (laboratoire) depuis le 03-12-2012 .


  • Résumé

    Etudier la dynamique politique de la constitution du problème public des OGM au prisme de sa médiatisation télévisuelle, tel est l’objet de cette recherche. A rebours des théories sociologiques classiques des problèmes, dont le constructivisme est devenu l’indéniable référence, cette thèse aborde la question selon une approche pragmatiste. Elle montre que les problèmes se font moyennant des épreuves et des enquêtes qui font émerger des publics qui configurent le préjudice subi et rendent leur situation digne d’une préoccupation de l’Autorité politique. Considérer les problèmes comme une expérience, c’est référer leur origine à la survenue d’une nouveauté qui modifie le rapport au monde et exige une demande de sens. Tel que le montre cette thèse, la constitution du problème public des OGM est inséparable de la prise en compte de l’émergence spectaculaire dans les années 70 de ce que l’on considère comme l’un des plus grands événements scientifiques de l’histoire du monde, à savoir les manipulations génétiques. Le lien que tisse cette recherche entre événement et problème public est à la fois central et original pour comprendre comment au milieu des années 90, les OGM alimentaires sont, de manière assez singulière, constitués comme problème public par un ensemble d’acteurs sociaux parmi lesquels la télévision. Si les problèmes publics font émerger une arène sociale de dispute composée de multiples scènes publiques, la télévision fait partie de ces scènes qui accueillent et participent au procès de publicisation. En tant qu’opérateur de signification, le dispositif télévisuel joue un rôle fondamental dans l’individuation de l’événement scientifique et du problème public qu’il engendre. Par l’ensemble de ses opérations de médiation, ses cadrages et contre-cadrages, il participe avec les publics politiques et d’autres acteurs, à la problématisation et à la déproblématisation de la question. Cette dynamique collective est au cœur de l’hypothèse générale défendue par cette thèse, qui est que le problème représente un grand moment de transformation au cours duquel la société s’auto-réfléchit et s’auto-produit.

  • Titre traduit

    From the scientific event of genetic manipulation to the problem of GMOs : a pragmatic approach of the formation of dangerousness of GMOs as a public problem trough television mediation (1935-2012)


  • Résumé

    The aim of this research is to analyze the political dynamics of the formation of genetically modified organisms as a public problem through television mediation. In an effort to distance this work from classic sociological theory of public problems, best embodied by constructivism, this thesis follows a pragmatic approach. Such as theoretical standpoint enables us to demonstrate that problems are formed through processes of enquiry which lead to the formation of specific publics. These publics will reconfigure the perceived consequences of problems, and try to make a situation worthy of consideration by public authorities. To refer to problems as experiences is to consider their origin as an occurrence of novelty, which alters one’s relationship to the world, and establishes a demand for meaning. As it is shown in this work, the formation of GMOs as a public problem is inseparable from the awareness of the spectacular emergence of genetic manipulation in the 70’s, which can be considered as one of the major scientific events of the known world. The strong connection between events and public problems is both paramount and innovative, as it allows us to understand how in the mid 90’s GM food organisms are formed as public problems by a variety of social agents, among which the television. If public problems create an arena of dispute composed of many public scenes, the television acts as a public scene which harbors and engages in the publicization process. As a provider of problematization, it plays a key role in singling out the scientific event and the public problem it gives rise to, through framing, reframing, and various mediation operations which include political publics and agents. In this work, the collective dynamics at work are central to the hypothesis that a problem constitutes a key moment of transformation during which society engages in self-reflexive and self-productive processes.