Le dessin journalistique au service du dessein politique des Noirs aux Etats-Unis et en France (1861-1965) : moments-clés et regards croisés

par Lamia Dzanouni

Projet de thèse en Etudes anglophones

Sous la direction de Hélène Ledanctec-Lowry.

Thèses en préparation à Paris 3 , dans le cadre de École doctorale Études anglophones, germanophones, et européennes (2009-2015 ; Paris) , en partenariat avec Centre de Recherche sur les Mondes Anglophones (Paris) (equipe de recherche) depuis le 16-10-2012 .


  • Résumé

    Cette thèse porte sur l’impact du dessin de presse dans le combat des Noirs pour l’obtention de leurs droits, aux États-Unis et en France à des moments-clés entre 1861 et 1965, et ce dans une perspective d’histoire croisée. Suite à leur reddition lors de la guerre de Sécession aux Etats-Unis, les Sudistes dotèrent leur idéologie raciste d’une nouvelle arme de diffusion : le dessin de presse – atout majeur dans la victoire de l’Union. Au XX siècle, les Africains-Américains réagirent à la propagande sudiste : ème la guerre des images éclata. A la même époque, certains artistes noirs s’exilèrent en France pour mieux riposter. En effet Paris, moins hostile, facilitait leur expression artistique. Leur succès à l’étranger démontrait alors la responsabilité et la complicité des institutions américaines dans la discrimination raciale. Pourtant, l’attitude française n’était pas plus enviable vis-à-vis de ses colonies, notamment en Afrique noire. Si le racisme et la discrimination étaient clairement affichés aux Etats-Unis, il s’insinuait de manière plus pernicieuse dans la société française, dont les journaux contribuèrent très largement à cette émulation picturale. L'analyse croisée entre ces deux pays révèle des analogies singulières dans la représentation des Noirs dans les journaux de l’époque, tant dans le système ségrégationniste américain que dans l'empire colonial français. Les stéréotypes développés par la presse raciste archétypes dans l’inconscient collectif. Les partisans de s’imprégnèrent en l'émancipation y opposèrent leur image à différentes phases de leur combat – entre la guerre de Sécession et le mouvement des droits civiques d’un côté, de la France coloniale aux guerres de décolonisation de l'autre. Cette analyse de l’histoire de la presse et des illustrations se propose d’éclairer la convergence progressive des lois américaine et française aspirant à tendre vers une société sans préjugé racial. Elle souligne également l'idée que l'image est porteuse de sens, constitue un langage à part entière et a pleinement contribué, à l’époque, à construire et déconstruire les inégalités raciales.

  • Titre traduit

    Depicting the Black Population, the Political Cartoon as a Political Weapon in the United States and in France (1861-1965) : key-moments and Regards Croisés


  • Résumé

    Within the framework of Histoire croisée, this thesis focuses on the impact of press drawings, in France and in the USA, on the black population’s fight to obtain rights at key moments between 1861 and 1965. Following their surrender at the end of the US Civil War, the Confederates bolstered their racist ideology with a new ideological weapon, the political cartoon, a major asset in the Union’s victory. In the XX century, th the African Americans reacted to the confederate propaganda and a war of images ensued. Simultaneously, some black artists went into exile in France in order to fight back more adequately. France provided an ideal environment for artistic expression due to hostility against them in Paris being lower than in the USA. Their success abroad thus demonstrated the responsibility and the complicity on the part of American institutions in terms of racial discrimination. That said, the French attitude was far from admirable when it came to its colonies, particularly those of black Africa. Though racism and discrimination were clearly visible within the USA, these mindsets were insinuated more perniciously within French society, the country’s newspapers contributing substantially to this pictorial emulation. A focus on the inter-crossings between these two countries reveals unique analogies in the representation of black people in the newspapers of the time, both within the segregationist system of the USA as well as within France’s colonial empire. The stereotypes developed by the racist press pervaded the collective subconscious as archetypes. The partisans of emancipation protested against this propagation through the use of their own image in different phases of their fight – between the Civil War and the Civil Rights Movement in the United States; and from colonial France to the African independence movements. This analysis of the history of the press and of its illustrations seeks to shed light on the progressive convergence of American and French laws aiming at a society free from racial prejudice. It also underlines the idea that the image bears meaning, constituting a language in its own right, and that it plays a significant role in the construction and the deconstruction of racial inequality.