Restitution de la poésie : la portée des écrits théoriques dans l'œuvre de Gerard Manley Hopkins

par Michèle Dayre (Draper)

Thèse de doctorat en Etudes anglophones

Sous la direction de Marc Porée.

Thèses en préparation à Sorbonne Paris Cité , dans le cadre de École doctorale Études anglophones, germanophones, et européennes (2009-.... ; Paris) , en partenariat avec Université de la Sorbonne Nouvelle (Paris) (établissement de préparation) et de Langues, Textes, Arts et Cultures du Monde Anglophone (laboratoire) depuis le 23-11-2012 .


  • Résumé

    L’introduction rappelle l’importance et l’intérêt des proses des Journals, des Oxford Essays and Notes, et des écrits dévotionnels, qui doivent être lus en continuité avec la poésie. Le chapitre I se consacre à la restitution des phénomènes naturels et perceptifs chez Hopkins, à la description et à l’analyse des termes d’inscape et d’instress dans les Journals, à la pratique de la prose descriptive chez Hopkins. Le chapitre II examine l’héraclitéisme de Hopkins dans le poème That Nature is a Heraclitean Fire and of the Comfort of the Resurrection. La résurrection est l’autre nom de la restitution (ou apocatastasis) qui donne la première explication de notre titre. Nous y observons le traitement de la description dynamique de la nature, en liaison avec les Journals, et l’ensemble des essais théoriques des années 1863-68, puis leur résonance sur la vingtaine d’années d’activité du poète. Le chapitre III se consacre à l’examen de l’essai « Parmenides » de 1868 qui permet de comprendre l’origine des termes essentiels d’instress et d’inscape dans la traduction commentée du Poème de Parménide, et l’emploi ultérieur de ces termes dans les définitions de la poésie. Le chapitre IV examine la définition de la poésie selon Hopkins, la constitution dialectique de la poésie, en fonction d’un triple trajet, confrontant les Essais d’Oxford, les poèmes et la tradition philosophique. On y relie de manière croisée l’interprétation de la dialectique de Platon, le réalisme d’Aristote à la question de l’imagination, de la fantaisie et de la voix. Ces éléments permettent l'analyse des liens entre langage poétique, vérité et réalité. Le chapitre V se consacre à l’analyse de la place de l’homme singulier dans cette pensée, aux définitions de la poésie, en confrontant les premiers essais d’esthétique aux usages plus tardifs des théologies hypostatiques et eucharistiques ainsi qu’à l’écriture des poèmes. La lecture de Duns Scot conduit à examiner les notions de pitch et de sake, considérées comme autant d’étapes pour parvenir à une définition poétique de l’homme. Le chapitre VI se consacre au développement de la notion d’imagination rythmique et à l’analyse du rythme bondissant, la clef de voûte de la pensée et de la pratique de Hopkins, par un examen des poèmes, des liens avec les poétiques de Wordsworth et de Coleridge, la métaphysique, la pensée du théâtre, la tradition pindarique. La conclusion tente de montrer qu’avec Hölderlin, et Coleridge, Hopkins est une des figures majeures de la pensée de la poésie, ce qui explique l’influence de ses écrits sur la poésie et la poétique du XXe siècle.

  • Titre traduit

    The Restitution of Poetry : the Scope of the Theoretical Writings in the Works of Gerard Manley Hopkins


  • Résumé

    Hopkins’ Oxford Essays and Notes as well as his prose writings are of particular relevance for the understanding of his work at large. Chapter I analyzes Hopkins’ Journals and the restitution of natural phenomena and sensations, as well as the use of inscape and instress in descriptive contexts. Chapter II analyzes Hopkins’ Heracliteanism in the poem That Nature is a Heraclitean Fire and of the Comfort of the Resurrection. Resurrection is a synonym for restitution (or apocatastasis in Greek, explaining our choice of the title). We concentrate on the dynamic description of nature in the Journals and the resonance of the Oxford Essays over the twenty years of Hopkins’ activity as a writer and poet. The third chapter is devoted to the 1868 essay « Parmenides », in which we trace the origins of the key-terms of inscape and instress as translations from the Greek of Parmenides’ Poem. Chaper IV examines the import of these notions in Hopkins’ definitions of poetry, the constitutive dialectics of poetry by analyzing the following topics in the Oxford Essays : poetry, its relation to philosophy, to Plato’s dialectics, to Aristotle’s realism and ethics, the definition of voice, imagination and fancy, as well as the analysis of the links between poetical language, truth and reality. Chapter V concentrates on the analysis of man’s singularity by confronting Hopkins’ early aesthetical theories and his more mature uses of hypostatical and eucharistic theologies, in the light of Duns Scotus’s influence. The relation of poetry, theology and anthropology leads us to examine the key notions of pitch and sake in Hopkins’ poetic definition of man. Chapter VI is devoted to the analysis of Hopkins’ rhythmical imagination and sprung rhythm, the keystone of his thought and practice, in relation to his interpretation of Wordsworthian and Coleridgean aesthetics, metaphysics, dramatic theory, poetics and the Pindaric tradition. To conclude, we focus on the importance of Hopkins, as one of the greatest representatives of poetic thought in the XIXth Century along with Coleridge and Hölderlin, hence his influence in XXth century poetry and poetics.