Vers une conscience radicale de libération : récits palestiniens et israéliens de trans/formation décoloniale

par Tal Dor

Thèse de doctorat en Sciences de l'éducation

Sous la direction de Nacira Guenif.

Thèses en préparation à Sorbonne Paris Cité , dans le cadre de École doctorale Érasme (Villetaneuse, Seine-Saint-Denis) , en partenariat avec Université Paris 13 (établissement de préparation) depuis le 27-11-2010 .


  • Résumé

    Au coeur de la présente thèse se trouve la quête inachevée d’une/de conscience(s) de libération au moyen d’une pensée radicale et critique. Le savoir épistémologique développé par bell hooks et Paulo Freire quant à la transformation de conscience en vue d’une libération a été le premier guide dans cette recherche. L’étude empirique exprime ce que signifie une trans/formation de conscience politique, pour les participant.e.s – plusieurs acteur.e.s politiques palestinien.ne.s et israélien.ne.s situé.e.s à l’intérieur des frontières géographiques de l’Etat d’Israël. À travers de longs entretiens sous la forme de conversations, cette recherche ambitionne de comprendre les voies biographiques qui conduisent les participant.e.s à opérer des performances contre-hégémoniques dans leur vie quotidienne. La conscience coloniale est en rapport avec des questions de savoir et de pouvoir et est liée, d’après les participant.e.s, à une position hégémonique de pouvoir, de violence et d’arrogance. Cette recherche montre que si le sionisme est défini par tou.te.s les participant.e.s comme un fondement de l’oppression et de la domination institutionnalisées, il ne détermine pas de la même manière le destin des participant.e.s juif.ve.s israélien.ne.s ashkénazes, juif.ve.s israélien.ne.s mizrahi.e.s et palestinien.ne.s. L’engagement dans les processus de trans/formation est perçu comme l’accès à un site inconnu de transgression où l’on acquiert du savoir et des outils tout au long du voyage. La vue apparaît comme un sens crucial à travers lequel les participant.e.s racontent la perpétuation de la conscience coloniale ainsi que la possibilité de développer un regard contre-hégémonique libérateur. Les récits de libération des participant.e.s impliquent une pensée critique suivie, qui examine constamment la réalité et dévoile la vérité sur le monde. De même, il semble que tou.te.s les participant.e.s, tout en se trouvant à différentes étapes de leur processus de libération, comprennent la trans/formation de leur conscience politique, et ainsi leur quête de libération des structures coloniales de la pensée, comme une quête de savoir objectif 5 authentiquement féministe. Les récits montrent que le fait d’abandonner des positions binaires permet une compréhension complexe de la réalité et du propre point de vue du sujet dans cette réalité, et est essentiel pour le(s) processus de libération. Les deux premiers chapitres, qui composent la première section intitulée « Le Regard », décrivent ce que signifie la conscience coloniale pour les participant.e.s, puis tracent les contours du processus de libération et présentent la réalité asymétrique d’un point de vue national. Avec le développement d’une lecture complexe de la colonialité israélienne, la thèse poursuit une analyse à plusieurs facettes. C’est ce qui est présenté dans la deuxième section, intitulée « Acte(s) de libération : faire de la pensée critique », où sont présentés les actes et les tâches assumées dans la quête d’une libération continue. Au troisième chapitre, sous le titre « Rendre présent » et au quatrième, intitulée « Rencontres radicales », est présentée la manière dont le développement d’un regard oppositionnel implique une constante réflexivité quant à la propre position du sujet au sein des rapports de pouvoir. Comment la conscience coloniale peut-elle être défaite au sein de la structure israélienne de colonialité ? Comment peut-on se frayer un chemin vers des manières alternatives de vivre ensemble ? Ces questions et d’autres, tout aussi vitales, sont au fondement du présent travail.

  • Titre traduit

    Towards Radical Consciousness Liberation : palestinian, Israeli Recounting Decolonial of Trans/formation


  • Résumé

    At the center of this dissertation stands the unending quest for liberation consciousness(es) through radical and critical thought. The epistemological knowledge developed by bell hooks and Paulo Freire, on consciousness transformation towards liberation has been the primary guide in this research. The empirical study expresses what trans/formation of political consciousness means to these participants - several Palestinian and Jewish-Israeli political actors within the geographical boundaries of the State of Israel. Through long conversational interviews, the research strives to understand the biographical paths which lead the participants to counter-hegemonic performances in their daily life. Colonial consciousness relates to questions both of knowledge and of power and is connected, according to the participants, to a hegemonic position of power, violence and arrogance. The research has shown that while Zionism is defined by all participants as a basis to oppression and to institutionalized domination, it does not determine the fate of the Ashkenazi Jewish-Israelis, the Mizrahi Jewish-Israelis and Palestinian participants in the same way. To engage in liberation trans/formation processes was perceived as an entrance into an unknown site of transgression from which one acquires knowledge and tools throughout the journey. Vision appears to be a crucial sense through which the participants recount the perpetuation of colonial consciousness, as well as the possibility to develop a counter-hegemonic gaze, which liberates. The participants’ accounts of liberation entail ongoing critical thought that constantly examines reality and unveils the truth about the world. Likewise, it seems that all participants, while in different stages within their processes of liberation, understand the trans/formation of their political consciousness and thus their quest for liberation from colonial structures of thought as a quest for genuine feminist objective knowledge. The accounts have shown that stepping out of binary positions, enables a complex understanding of reality and of one’s own standpoint within it, and are crucial within liberation processes(es). The two first chapters, which comprise the first station called The Gaze, describe what colonial consciousness means to the participants and then outlines the process of liberation, and presents the asymmetric reality from a national standpoint. With the 3 development of a complex reading of Israeli coloniality, the dissertation follows a more multifaceted analysis. It is presented in the second station, called, Act(s) of Liberation: “Doing Critical Thinking”, and presents the acts and tasks one takes in the quest for constant liberation. In Chapter Three, entitled ‘Presencing’ and Chapter Four, entitled, ‘Radical Encounters’ I present the way the development of an oppositional gaze entails constant selfreflexivity on one’s own position within the relations of power. How can colonial consciousness be undone within the Israeli structure of coloniality? How can people work their way towards alternative ways of living together? These questions and some other vital ones, are at the basis of this work.