Inégalités territoriales et développement économique en France, 1850-2000

par Faïza Hassnaoui

Projet de thèse en Sciences économiques

Sous la direction de Maurice Catin.

Thèses en préparation à Toulon , dans le cadre de École doctorale Sociétés méditerranéennes et sciences humaines. ED 509 (Toulon) depuis le 19-12-2012 .


  • Résumé

    A travers l’étude historique approfondie des disparités spatiales en France depuis le milieu du XIXe siècle, notre thèse s’intéresse aux grandes mutations de la géographie économique française qui ont accompagnées les processus de développement et d’intégration économiques. Loin d’être une question nouvelle, une poignée de travaux dans la littérature avait tenté de dresser un aperçu de l’évolution séculaire des inégalités régionales en France (Catin & Van Huffel, 2005 ; Aubert & Gaigné, 2004 ; Toutain, 1985 ; Levy-Leboyer, 1982), accréditant globalement la thèse de Williamson (1965) selon laquelle les disparités régionales suivent une évolution en cloche à la Kuznets au cours du processus de développement. Bien que l’existence d’un lien non monotone entre concentration régionale et développement économique en France suggère l’idée que les mécanismes à l’oeuvre dans la structuration de l’espace économique se différencient au cours des étapes successives de développement (Catin & Ghio, 2005 ; Catin & Van Huffel, 2003 ; Duranton, 1997), aucun travail empirique de long terme n’entreprend de tester cette hypothèse. La rareté des statistiques régionales de production, pour la période qui précède l’émergence de la comptabilité régionale de l’INSEE dans les années 1970-80, constitue une solide entrave à cette investigation. Le récent travail de Combes & al. (2011) fait toutefois office d’exception. Mobilisant des données historiques nouvelles sur la valeur ajoutée par département, issues du travail de reconstitution de J.-C. Toutain, les auteurs mettent en évidence le jeu différencié des économies d’agglomération sur la concentration spatiale, selon la période historique considérée. La démarche a toutefois l’insuffisance de ne s’appuyer que sur trois points dans le temps pour couvrir près d’un siècle et demi de développement (1860, 1930 et 2000), en raison des lacunes de la documentation statistique historique. Notre travail entreprend précisément de pallier ces faiblesses en construisant une base de données rétrospective inédite de la valeur ajoutée départementale, à partir de la seconde moitié du XIXe siècle, procédant de méthodes de reconstitution à la fois directe et indirecte. Un tel travail permet, en outre, d’inscrire la France au sein d’une littérature historique étrangère croissante qui s’emploie à reconstituer des données semblables pour de nombreux pays d’Europe (Enflo (2015) pour la Suède ; Geary & Stark (2015) pour le UK ; Martínez-Galarraga, Roses & Tirado (2013) pour l’Espagne ; Badia-Miró & Lains (2012) pour le Portugal ; Felice (2011) pour l’Italie).

  • Titre traduit

    Spatial Inequality and Development in France, 1850-2000


  • Pas de résumé disponible.