Le discours romanesque de Clara Mundt alias Luise Mühlbach (1814-1873) face à l’histoire : représentation de l’ère napoléonienne, historiographie popularisée et modernité scientifique en Allemagne autour de 1850 .

par Stefanie Braun

Projet de thèse en Allemand

Sous la direction de Françoise Knopper.

Thèses en préparation à Toulouse 2 , dans le cadre de École doctorale Arts, Lettres, Langues, Philosophie, Communication (Toulouse) , en partenariat avec (CREG) Centre de Recherche et d'Etudes Germaniques (equipe de recherche) depuis le 01-10-2012 .


  • Résumé

    L’historiographie romanesque allemande autour de 1850, à savoir l’écriture de l’histoire pour grand public, est étudiée ici à partir de trois romans historiques parus après la révolution de 1848, mais avant la nomination de Bismarck comme ministre-président de la Prusse en 1862. Ce sont des romans-fleuves écrits par l’épouse de Theodor Mundt, Clara Mundt alias Luise Mühlbach (1814-1873) : Königin Hortense (1856), Napoleon in Deutschland (1858/1859) et Kaiserin Josephine (1861). Cette romancière fit partie de la première génération de femmes-écrivains ayant pu vivre de leur plume et elle connut un grand succès de son vivant. Sa représentation des relations entre France et Allemagne s’inscrit entre historiographie populaire et modernité scientifique car la fictionnalisation de données historiques lui permit de se réapproprier la matière historique et de revaloriser des figures féminines. Par son utilisation de témoignages et de sources d’époque ainsi que par son réemploi des travaux d’historiens récents, L. Mühlbach procède au travail de réécriture de la grande histoire comme c’était aussi le cas dans de nombreux romans historiques de son temps. Elle transforme le genre romanesque en outil didactique ayant pour objectif la transmission du savoir historique et une éducation au patriotisme allemand s’adressant surtout à un lectorat féminin. Ses biographies sont mises au service de l’éducation des cœurs et proposent une forme d’encadrement voire de préparation à la vie conjugale, à la maternité, à la sociabilité, au civisme, et ce par le biais de personnages historiques romancés. Notre étude cherche également à dépasser l’idée d’une rupture dans l’œuvre de L. Mühlbach après 1848 et met l’accent sur la persistance de thèmes comme la question de l’émancipation féminine et religieuse qu’elle avait traités dans ses romans sociaux à l’époque du Vormärz.

  • Titre traduit

    Clara Mundt’s (1814-1873) literary discourse on history : representation of the Napoleonic era, popularized historiography and scientific modernity in Germany about 1850


  • Résumé

    The thesis deals with popular historiography and scientific modernity in Germany between 1850 and 1862 – namely after the revolution of 1848 and before Otto von Bismarck became Minister President of Prussia – through the study of three historical novels, Königin Hortense (1856), Napoleon in Deutschland (1858/1859) and Kaiserin Josephine (1861) by Theodor Mundt’s wife Clara Mundt (1814-1873) alias Luise Mühlbach. She was one of the most successful historical novelist of her time, and belongs to the first generation of professional female writers. The main focus of this study is on the literary discourse on the history of relationships between France and Germany. The purpose is to demonstrate how the transmission and the popularization of historical knowledge could be used for education to female patriotism and women citizenship. The study of the use of testimonies and documentary sources borrowed from recent historians shows how L. Mühlbach proceeded to appropriate historical material and to upgrade female figures of the past. Besides the dissertation deals with the analysis of the several historical, political, social and literary mechanisms which explain the success of Clara Mundt’s historical novels between 1850 and 1860. The study puts emphasis on the continuities between L. Mühlbach’s social novels of the Vormärz and the historical novels, like the social and religious issues and the topic of women’s emancipation, in order to question the idea of a split in her work before and after 1848.