Poésie de la nature à l'âge abbasside (VIII-XIII siècles) approche analytique et thématique

par Farhat Messaadi

Projet de thèse en Langues, littératures et sociétés


Sous la direction de Kāẓim Ǧihād.

Thèses en préparation à Paris, INALCO , dans le cadre de École doctorale Langues, littératures et sociétés du monde (Paris) depuis le 01-10-2012 .


  • Résumé

    Ce travail de recherche explore la place de la nature dans la poésie arabe à l’âge abbasside (VIII-XIII siècles), en s’intéressant plus particulièrement à l’esthétique de la poésie, à l’imaginaire arabe et à l’essence même de la production poétique. Il s’agit de montrer en quoi l’évolution de la poésie descriptive dans la littérature arabe constitue un sujet, non seulement essentiel, mais aussi sous-jacent à la poésie de la nature telle qu’elle est abordée et traitée par d’autres chercheurs dans des périodes différentes. Pour ce faire, cette étude a délibérément respecté la démarche chronologique, afin de proposer une vue synoptique de l’évolution de la représentation de la nature depuis la période préislamique jusqu’à l’âge abbasside, en passant par la période omeyyade, ère durant laquelle ce thème deviendra un thème à part entière et trouvera pleinement sa place, bien ancrée dans le nouvel essor civilisationnel de la vie citadine. Ce mode de vie inédit a invité les poètes abbassides à se tourner vers la description des aspects de la nature dans un langage mieux élaboré, épousant exactement les changements d’inspiration de la société contemporaine et engendrant naturellement une production poétique métamorphosée, fruit d’une débauche d’imagination spontanée, foisonnant de connotations polysémiques imprimant une dynamique enlevée. Cette représentation artistique versifiée en une langue riche et raffinée, ponctuée par un rythme marqué, miroir fidèle de l’environnement intellectuel et culturel de l’époque envisagée, se manifeste chez des poètes abbassides innovants, construisant de longs poèmes sur le thème unique de la nature dans lesquels ils épanchent leurs émotions et leur vécu. Finalement, ce travail de recherche a montré que la poésie avait atteint son apogée esthétique à l’âge abbasside qui, ainsi, devint l’âge d’or de la littérature arabe.


  • Résumé

    The piece of research is exploring the place of Nature in the Arabic poetry during the Abbasside Age (VIII-XIII century), focusing more particularly on the poetical aesthetics, the Arabic imaginativeness as well as the very essence of poetical production. This work aims at showing how the evolution of descriptive poetry in the Arabic literature can be considered as a subject not only essential, but also subjacent to the poetry of Nature itself by the way it has been tackled and treated by other research students in other periods. In this perspective this research has deliberately abided by chronological approach in order to propose a synoptic survey of the evolution of the representation of Nature since the preislamic era until the Abbasside age throughout the Ommeyyade period during which this theme was to become a full one completely inserted into the new civilization development of the urban way of life. Indeed this new way of life invited the Abbasside poets to engage into the use of a more elaborate language for describing the various aspects of Nature, thus, strictly following up the changes in inspiration due to this contemporary society and naturally entailing a deeply transformed poetical production as the fruit of a spontaneous, abundant imagination rich in polysemic connotations inducing a spirited dynamic movement. This artistic representation written in richly refined verses, hammered out in a marked rhythm, faithfully mirrored in the intellectual and cultural milieu of their epoch, is obvious among this Abbasside poets making innovations while building long poems about the subject-matter of nature-in which they pour forth their emotions and their experience-. Last but not least, this piece of research has put in the limelight that poetry had reached its peak of aesthetical perfection during the Abbasside Age that consequently became the Golden Age of the Arabic literature.