Figures et métamorphoses de la douleur dans l’oeuvre de Pier Paolo Pasolini : littérature, théâtre et cinéma

par Sara De Benedictis

Projet de thèse en Langues, Littératures et Civilisations Romanes : Italien


Sous la direction de Christophe Mileschi.

Thèses en préparation à Paris 10 , dans le cadre de École doctorale Lettres, langues, spectacles (Nanterre) , en partenariat avec Centre de recherches italiennes (Nanterre) (laboratoire) depuis le 12-12-2012 .


  • Résumé

    Cette thèse se propose d’étudier sous le prisme de la douleur les œuvres poétiques, romanesques, cinématographiques et théâtrales de Pier Paolo Pasolini (1922-1975) dans le but de s’interroger sur ses représentations et ses métamorphoses et de tenter de donner un sens à son expression. Elle a pour objectif de montrer la fonction esthétique, symbolique et politique de la douleur : si celle-ci s’exprime à travers différentes formes et topoï auxquels l’auteur-cinéaste fait subir des torsions, la souffrance exhibée est accompagnée d’une joie – voire d’une jouissance (« ab joy ») – ou bien se transforme en rage et en révolte pour porter un regard critique sur la société issue du prétendu « miracle économique ». La production de Pasolini est étudiée selon une approche pluridisciplinaire qui s’appuie sur des ouvrages méthodologiques à caractère littéraire, philosophique, artistique et anthropologique. À travers la notion de « figure » on s’efforce de montrer comment, d’une œuvre à une autre, d’un texte en prose à une scène de film, d’un vers de poème à un monologue d’une pièce de théâtre, les « corps souffrants » et les lamentations entrent en résonance et se complètent. Dans la première partie, sont étudiées les proses narratives rédigées entre 1946 et 1950. La deuxième s’interroge sur la souffrance des subalternes, des peuples et des sujets en marge. Enfin on examine les métamorphoses que la douleur fait subir aux protagonistes des pièces de théâtre et « l’héritage » de l’œuvre de Pasolini, les modalités à partir desquelles divers cinéastes, artistes et écrivains s’inspirent de ses productions ou bien s’en détachent.

  • Titre traduit

    The figures and metamorphoses of suffering in the work of Pier Paolo Pasolini : literature, theatre and cinema


  • Résumé

    This dissertation studies the works of Pier Paolo Pasolini (1922-1975) in the light of suffering with the aim of exploring its representations and transformations and of giving a meaning to its expression. The goal it is to show the esthetical, symbolic and political functions of pain: if it is expressed trough different forms and topoï – which are distorted by the author – in the narrative works, it is either accompanied by ostentatious joy (“ab joy”) or it is turned into rage and fury in order to offer a critical view of society at the time of the so-called “economic miracle”. This dissertation investigates Pasolini’s production through an interdisciplinary approach, relaying on works of literature, philosophy, art, history and anthropology. Through the concept of « figure » I mean to show how suffering bodies, lamentations and tears resonate from a poem to a movie, from a play to a novel. This dissertation is made up of three parts: it begins with the analysis of the narrative proses written between 1946 and 1950, then it focuses on the suffering of the wretched, the underclass, the outcasts, and finally it explores the way pain transforms the characters of the plays. The last chapter explores how contemporary filmmakers, novelists and street artists deal with Pasolini’s legacy.