Un Desert Individuel- Comment Facebook affecte les vies des individus dans notre société connectée ? Ou n'y-a-t-il plus aucun individu unique dans la vie des réseaux sociaux ?

par Fruzsina Markocsany

Projet de thèse en Sciences sociales

Sous la direction de Jean-Christophe Marcel.

Thèses en préparation à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Concepts et langages (Paris) depuis le 14-11-2012 .


  • Résumé

    Comment Facebook affecte les vies des individus dans notre société connectée ? Où n’y a-t-il plus aucun individu unique dans la vie des réseaux sociaux ? 955 millions d’utilisateurs actifs mensuels à la fin de juin 2012. Approximativement 81 % de nos utilisateurs actifs mensuels habitent à l’extérieur des Etats-Unis et du Canada. 552 millions d’utilisateurs quotidiens en moyenne en juin 2012. 543 millions d’utilisateurs actifs mensuels qui ont utilisé des produits mobiles Facebook en juin 2012. 25 188 980 utilisateurs Facebook en France, ce qui le rend 9ème dans le classement statistique d’utilisation Facebook par pays . Le 4 octobre 2012, Marc Zuckerberg (PDG de Facebook) a annoncé que sa société avait officiellement atteint le seuil d’1 milliard d’utilisateurs mensuels actifs. Cela signifie qu’environ une personne sur sept dans le monde y est connectée. Au regard de l’accroissement quotidien et mensuel d’utilisateurs, il est donc très difficile d’en donner une image récente. Cependant, cela nous aide à voir la popularité des réseaux sociaux, ou plutôt, nous devrions dire, la part importante que cela a dans nos vies. Voila une des raisons pour lesquelles nous avons opté pour ce sujet. Le fait de connaître le flux de personnes connectées à Facebook (1 personne sur 7), nous pousse à prendre conscience qu’il est nécessaire d’y porter plus d’attention que ce que nous faisons actuellement. Particulièrement en sociologie, matière dans laquelle nous apprenons qu’il existe différentes théories applicables en fonction de sociétés diverses et variées. En l’état actuel des choses, une nouvelle théorie significative, mais relativement différente se dégage : celle de la société Facebook. Bien entendu, il existe d’autres modèles de réseaux sociaux, tel que Twitter par exemple. Toutefois, étant donné l’importance et le plus grand intérêt collectif, nous nous concentrerons sur Facebook ainsi que sur les individus, et plus particulièrement, sur l’unicité de chacun évoluant dans un monde avec une société interconnectée. Dans cette optique, nous allons tenter de découvrir pourquoi nous souhaitons partager voire aimer les mêmes choses. Comment une simple page peut-elle pousser des individus à se trouver des points communs ? Comment une marque réussit-elle à intégrer la pensée commune, à y rester puis à y être aimée, partagée, pour ensuite se diffuser aux autres ? De plus, les marques essayent-elles de casser notre unicité pour que tout le monde devienne similaire sur les réseaux sociaux ? Dans cette courte introduction, nous expliquerons les quelques définitions nécessaires à notre sujet. Nous tenterons ensuite de développer notre connaissance de Facebook. Ce travail en amont nous amènera à nous poser les questions importantes dans le but d’établir nos hypothèses de recherches. Qu’est-ce que Facebook ? Ses créateurs le définissent comme : « La mission de Facebook est de rendre le monde plus ouvert et plus connecté. Les gens l’utilisent pour rester connecté avec leurs amis et leurs familles, pour découvrir ce qui se passe dans le monde et pour partager et exprimer ce qui est important pour eux. » Mais, est-ce là, la seule mission et raison d’être de ce réseau social ? Les gens utilisent-ils uniquement Facebook pour rester en contact avec leurs familles ou amis, ou bien alors pour s’ouvrir sur ce qui se passe dans le monde ? Ne sont-ils pas également, plutôt curieux de connaître la vie de leurs amis ; ce qu’ils aiment, ce qu’ils disent et ce qu’ils partagent ? Pourquoi sont-ils intéressés de connaître l’évolution et les pensées de leurs amis ? Pourquoi aimons-nous partager nos vies ? Cela nous fait-il nous sentir mieux de savoir que les autres nous aiment ? Nous sentons nous de mieux en mieux en passant plus de temps sur Facebook? Est-il devenu plus simple de communiquer sur Facebook avec nos connaissances plutôt que d’avoir des contacts physiques ? Cela ne nous offre-t-il pas un certain confort de ne pas les voir ? Cela nous met-il plus à l’aise d’aborder une personne sans la voir physiquement ? Se poser ce genre de questions peut être sans fin, mais peut toutefois nous aider à nous rapprocher du problème principal qui est de savoir où, dans le monde de Facebook ou tout le monde aime, partage, lit les mêmes choses, nous pouvons trouver des individus uniques ? Et plus particulièrement dans un monde, où nous oublions parfois qu’il n’est pas réel. Facebook est un endroit où chaque individu peut se mettre en avant, devenir populaire. C’est un lieu où il devient plus simple pour n’importe qui d’obtenir l’attention des autres, en d’autres mots, de montrer une meilleure représentation de soi-même au monde. Elizabeth Bernstein, chroniqueuse pour le Wall Street Journal explique que Facebook est surfait, nous y vivons une vie ou tout y est absolument merveilleux et étonnant. « Certaines personnes postent habituellement des photos d’eux-mêmes ou de leur famille, pour ce qui n’est finalement qu’une stratégie pour que leurs amis les admirent et envient leurs épouses ou parents. » Est-il vraiment important pour les individus de se sentir admirés chaque jour ? Pourrait-ce être une des raisons pour laquelle ils utilisent Facebook comme moyen de communication ? Nous ne le savons pas encore, mais si nous partageons chaque partie de notre vie privée, partageons nos photos, nos pensées, souhaitons être aimés et être dans la lumière, donc aimer et faire comme tout le monde, alors comment pouvons nous nous définir nous-mêmes comme unique ? Tout ce que nous disons, tout ce que nous faisons, nous le faisons pour que les autres puissent le voir, le partager, tout n’est à la fin qu’une conversation improvisée, qui s’évaporera la minute suivante, sans laisser de trace. Est-il vraiment important pour les individus de se sentir regardés chaque jour ? Serait-il possible que ce soit une des raisons pour lesquelles certains utilisent Facebook comme moyen de communication ? Nous ne le savons pas encore, mais si nous partageons chaque partie de notre vie privée, nos photos, nos pensées, en réalité nous souhaitons être aimés et être dans la lumière, et par conséquent, faire les mêmes choses que les autres individus. Nous ne pouvons alors, nous définir nous-mêmes comme uniques. Tout ce que nous disons, tout ce que nous faisons, nous le faisons pour l’instant présent, pour que d’autres personnes le voient et le partagent. Tout n’est qu’une conversation informelle et improvisée, non officieuse, s’évaporant la minute suivante. Mais à quoi nous attendons nous? Pourquoi souhaitons-nous avoir tous les mêmes activités ? Attendons-nous plus des réseaux sociaux que des personnes nous entourant ? C’est ce que Sherry TURKLE décrit dans son livre, « Alone Together ». Elle dit que : « Sur Internet, nous nous retrouvons face à un moment de tentation. Porté par l’illusion de camaraderie, sans les difficultés de l’intimité, nous menons des affaires courantes sur Second Life et confondons des posts à tout va sur les murs Facebook avec de la communication authentique. Et maintenant, on nous promet des « robots sociables » qui mélangeront camaraderie avec commodité. » Dans ma définition, Facebook est une plate-forme virtuelle pour des émotions, des pensées, des activités et où une personne normale peut obtenir une minute d’attention de toutes les personnes avec qui elle est connectée sur la Terre. Dessus, nos émotions s’améliorent, alors qu’en dehors de ce monde virtuel, elles deviennent plus négatives. Mais qui sont ces individus ? Pour définir ce qu’est vraiment un individu et ce qu’est sa fonction principale dans la société, nous pouvons trouver différentes théories en sociologie. Pour faire court, je définirais un individu comme une personne ou un sujet dans la société, séparé des autres ou d’une autre personne et qui possède ses propres actes, buts et besoins. Pour Facebook, les individus sont appelés utilisateurs. Il y a de nombreuses statistiques à propos par exemple de l’âge, du genre, de ces utilisateurs. Elles sont pertinentes pour notre sujet, mais ne seront approfondies que plus tard. Facebook nous laisse-t-il être unique ? Premièrement, nous devrions nous poser la question ; qu’est-ce qui nous rend unique ? « être le seul de son genre, comparable à rien d’autre. » Dans le monde des réseaux sociaux, et c’est particulièrement vrai pour Facebook, il y a de nombreuses pages, chanteurs, marques, acteurs, par exemple que nous pouvons aimer. Pour dire simple, j’aime ce que tu aimes et tu aimes ce que j’aime. Tout le monde ne peut pas exactement aimer les mêmes choses, mais il y a des choses que nous aimons et qui sont également aimées par des millions de personnes. Selon la définition d’unique, alors ceci ne nous rend pas seul dans notre genre, comparable à rien d’autre. En marketing, il est très important de faire aimer les choses, comme sait si bien le faire Facebook. La majorité des grandes marques dans le monde ont déployé d’importantes stratégies marketing sur les réseaux sociaux pour rendre leur produit le plus populaire possible. Elles sont cependant avantagées car elles sont déjà très répandues. Nous analyserons comment ces marques arrivent à se répandre et à se fixer dans l’esprit des gens. Il est intéressant de voir comment, quand des gens aiment et parlent des mêmes choses, une marque arrive à en tirer un succès marketing. Peut-on aussi dire qu’une marque ou une page couronnée de succès sur les réseaux sociaux, n’aura pas d’intérêt à ce que les individus soient uniques ? Nous allons avoir un aperçu ci-dessous des stratégies marketing les plus performantes. Aujourd’hui, les 10 marques les plus aimées au monde sont : Pages Fans PTA* Coca-Cola 52368925 1804901 Disney 38468103 839750 Converse 33214384 258753 Redbull 32259809 651932 Starbucks 32148531 474708 Oreo 28021446 645504 Playstation 24509954 149934 iTunes 23661462 196153 McDonalds 23282536 375918 Skittles 23236835 490392 *People Talking About : Personne qui en parle Nous pouvons, sans aucune hésitation, dire que Facebook a aujourd’hui sa propre société. On peut y trouver des individus, qui même s’ils sont séparés physiquement les uns des autres, restent connectés ensemble et partagent de nombreuses choses en commun. Tout d’abord, ils sont tous d’accord pour vivre dans un monde où leurs vies ressemblent à des livres ouverts, et où toute personne peut lire et écrire sur eux. Ils se laissent être suivis par des centaines de personnes, que ce soit des gens devant leurs ordinateurs, ou même maintenant devant leur téléphone ou tablette. Il y a d’ailleurs eu plus de 425 millions d’utilisateurs de Facebook sur mobile en février 2012 . Cela permet à chaque individu d’être toujours connecté à ses amis, qu’il soit en train de jouer, regarder un film, manger dans un restaurant, etc. Ils sont donc toujours capables d’être reliés entre eux, pour voir et savoir ce que font les autres individus, ce qu’ils aiment, ce qu’ils partagent. Le top 5 des applications Facebook est : Facebook App *DAU **MAU Blackberry Smartphones App 34 000 000 59 500 000 Texas HoldEm Poker 6 200 000 39 300 000 Instagram 13 200 000 33 900 000 TripAdviser 1 400 000 29 900 000 schoolFeed 6 000 000 24 600 000 * Daily Active Users : utilisateurs actifs journalier ** Monthly Active Users : utilisateurs différents mensuels Comme nous pouvons le voir, nous pouvons obtenir ce que nous voulons d’un simple clic, il devient si simple de se connecter, partager et aimer grâce aux applications de Facebook. Dans le monde de Facebook, il y a beaucoup de questions pour lesquelles nous aimerions avoir des réponses. Dans cette petite introduction, nous avons pu voir les réponses que nous allons devoir trouver. Nous pouvons vraiment considérer qu’il est important d’apprendre à mieux connaître cette partie d’une société, qui si elle reste peu commune, est couronnée de succès pour l’instant et connaît une croissance très rapide.


  • Pas de résumé disponible.