Communauté humaine et pluralisme chez Emmanuel Levinas

par Lucie Doublet

Projet de thèse en Philosophie politique et juridique

Sous la direction de Catherine Chalier.

Thèses en préparation à Paris 10 , dans le cadre de Ecole doctorale Connaissance, langage et modélisation (Nanterre) depuis le 30-11-2012 .


  • Résumé

    Que chaque individu humain participe d'une même « humanité » relève à la fois de l'évidence et de l'aporie. En effet, quand la pensée cherche à saisir ce constat, elle assigne aux hommes une ou plusieurs déterminations communes, à la manière dont les individus d'un même genre partagent certaines qualités (la raison, le respect d'interdits fondamentaux, etc). Mais elle doit alors renoncer, du même coup, à ce qui nous semble faire l'originalité de l'humanité: son indétermination, ou l'infinité des manières de l'incarner. Les pensées du multiculturalisme dénoncent ainsi, à juste titre, l'intolérance et l'impérialisme qui peuvent poindre sous cette démarche. Cependant, en refusant de penser toute parenté entre les hommes et en nous en tenant à une conception historico-politique des communautés, ne sommes-nous pas conduits à justifier une fragmentation de fait, porte ouverte sur l'indifférence et la violence d'une partie de l'humanité envers une autre? Dans ce cadre, nous voudrions montrer comment les analyses de Levinas permettent de dépasser cette alternative: à travers la notion de « fraternité », il propose une figure inédite de communauté universelle entre les hommes, dans laquelle le pluralisme radical va de paire avec la responsabilité absolue.


  • Pas de résumé disponible.