Le soin de soi : apprenance et agentivité en santé au mitan de la vie

par Béatrice Vicherat (Stoffel)

Projet de thèse en Sciences de l'éducation

Sous la direction de Philippe Carré et de Olivier Las Vergnas.

Thèses en préparation à Paris 10 , dans le cadre de Ecole doctorale Connaissance, langage et modélisation (Nanterre) , en partenariat avec Centre de recherches en éducation et formation (Nanterre) (laboratoire) depuis le 28-11-2012 .


  • Résumé

    Notre système de santé subit des pressions constantes pour réduire et rationnaliser ses dépenses. Dans un tel contexte, modifier durablement les comportements individuels constitue un enjeu de taille. Plus que jamais, l’individu est invité à devenir acteur de sa santé en s’autorégulant tout au long de sa vie. Pour autant, c’est dans un monde complexe où les univers de référence s’effritent, qu’il doit désormais être en capacité d’agir. Ces dernières années, Internet a investi le champ de la santé, modifiant le rapport au savoir médical. Le médecin n’est plus perçu comme le seul détenteur de savoir et de pouvoir. Chacun souhaite dorénavant prendre une part active dans la gestion de sa santé, brouillant ainsi les lignes de partage entre savoir profane et savoir expert.Notre travail de recherche interroge la capacité des individus à exercer un contrôle sur leur santé. Notre objectif est de comprendre comment ce pouvoir d’agir sur soi se construit au fil du temps puis se déploie au gré des évènements biographiques. Notre démarche vise donc la compréhension du phénomène de l’autorégulation de la santé, dont il s’agit de rendre intelligible le fonctionnement. De ce fait, ce sont des entretiens biographiques qui ont été menés auprès de vingt-quatre individus au mitan de leur vie. Cette enquête a permis de mettre en lumière un modèle d’analyse et de compréhension des comportements de santé et surtout de poser des hypothèses de recherche que nous avons pu éprouver sur une population plus importante dans le cadre d’une deuxième enquête quantitative portant sur 451 individus. Grâce à cette double approche méthodologique nous sommes en mesure de constater que les comportements de santé peuvent s’analyser en considérant conjointement trois facteurs que sont le rapport de l’individu au savoir, son rapport au médecin et son rapport à la fatalité.

  • Titre traduit

    Self-care : apprenance and agency in health in midlife


  • Résumé

    Our healthcare system is under constant pressure to reduce spending. In such a context, more than ever, bringing about lasting change to individuals' behavior is a key issue. In this regard, all individuals are urged to become lifelong, self-regulated contributors to their own health maintenance. However, the context in which people are encouraged to take on this role is extremely complex. Internet has become part of the healthcare scene and changed the way people think about healthcare and gain access to medical knowledge. Doctors are no longer believed to be the only people who possess knowledge and power in the field. Everyone now wants to have an active hand in managing their own health, which blurs the boundaries between lay and expert knowledge. Our research explores people's ability to exercise control over their own health. Our objective is to understand how this self-determining power develops over time and is exercised in accordance with life events. Our approach thus aims to understand the self-regulation of health as an intelligible phenomenon. Biographical interviews were conducted with twenty-four middle-aged individuals. This survey not only provides a model of analysis and understanding of health-related behavior, but also puts forward hypotheses that were tested on a larger population as part of a second quantitative study involving 451 participants. Given this two-pronged methodological approach, we observe that people's healthcare-related behavior can indeed be analyzed in light of three joint factors, namely the individual's relationship to knowledge, doctors, and fatality.