Les discours normatifs sur la littératureLe discours critique et ses valeurs Une éthique des vertus discursives à partir de quelques polémiques en littérature française contemporaine : esthétique, éthique et droit (2000-2015).

par Gaëlle Labarta

Projet de thèse en Sciences du langage

Sous la direction de Marie-Anne Paveau.

Thèses en préparation à Paris 13 , dans le cadre de École doctorale Érasme (Villetaneuse, Seine-Saint-Denis) depuis le 20-09-2012 .


  • Résumé

    Dans la thèse présentée, il s’est agi de savoir si la littérature fictionnelle bénéficiait d’un régime particulier d’acceptabilité éthique et esthétique des discours. Comme tout texte publié, la littérature est soumise à la loi, mais elle est aussi soumise à des manifestations individuelles d’approbation ou d’indignation que les contextes polémiques font émerger avec vigueur. J’ai adopté une approche bidisciplinaire qui associe l’analyse du discours littéraire à l’éthique des vertus discursives. Cela m’a permis d’intégrer le paramètre éthique à une étude en sciences du langage centrée sur la littérature. Les événements discursifs polémiques ont été le lieu idéal pour voir émerger des métadiscours exprimant un jugement de valeur. J’ai donc réuni un corpus de référence rendant compte de seize années de polémiques littéraires (entre 2000 et 2015) qui donnent à voir un panorama des principaux motifs d’inacceptabilité du discours littéraire : la vie privée, le plagiat, la sexualité, le traitement des religions et celui de l’histoire. J’ai cherché à rendre compte du discours critique contemporain en associant à la critique littéraire instituée, la folk critique littéraire. En effet, le développement du Web 2.0 a fait émerger des formes contemporaines de discours critique que j’ai souhaité associer à l’étude. Puis, j’ai voulu identifier le socle des valeurs que ces métadiscours exposent : l’esthétique, la tradition, l’éthique et le plaisir, le tout formant une éthique des vertus du discours littéraire contemporain. Puis, j’ai étudié comment ces discours sur les valeurs se construisent et se perpétuent à travers le discours puriste, les lignées littéraires, la modalisation autonymique, ou des assertions généralisantes qui définissent le littéraire. Le tout forme des réseaux qui ne se laissent pas généraliser et qui montrent toute la plasticité et la subjectivité de ces valeurs/anti-valeurs que les commentateurs actualisent en s’appropriant le discours littéraire contemporain.

  • Titre traduit

    Critical discourse and its values An ethics of discursive virtues based on some controversies in contemporary french literature


  • Résumé

    The aim of this thesis was to know if the fictional literature benefited from a particular regime of ethical and aesthetic acceptability of the speeches. Like any published text, literature is subject to the law, but it is also subject to individual manifestations of approval or indignation that the polemical contexts forcefully bring to light. I have adopted a bi-disciplinary approach that combines the literary discourse analysis with the ethics of discursive virtues. This allows me to integrate the ethical parameter into a linguistic study focused on literature. The controversial discursive events were the ideal place to see the emergence of metadiscours expressing a value judgment. . I have therefore compiled a reference corpus reflecting sixteen years of literary controversy (between 2000 and 2015) that provide an overview of the main reasons for the unacceptability of literary discourse : privacy, plagiarism, sexuality, religions and history. I have sought to capture contemporary critical discourse by associating folk literary criticism with established literary criticism. The development of Web 2.0 has has brought out contemporary forms that I associated with the study. I tried to identify the foundation of the values that these metadiscours expose: aesthetics, tradition, ethics and pleasure, all forming an ethics of the virtues of contemporary literary discourse. Then I studied how these discourses on values are constructed and perpetuated through purist discourse, literary lineages, autonymic modalization, or generalizing assertions that define the literary. All this forms networks that cannot be generalized and that show the plasticity and the subjectivity of these values/antivalues that commentators actualize by appropriating contemporary literary discourse.