Les classiques et les romantiques : une histoire des querelles littéraires (1824-1834)

par Kazuhiko Suzuki

Projet de thèse en Langue et littérature françaises

Sous la direction de Alain Vaillant.

Thèses en préparation à Paris 10 , dans le cadre de École doctorale Lettres, langues, spectacles (Nanterre) , en partenariat avec Centre des Sciences des Littératures en langue Française (Nanterre) (laboratoire) depuis le 09-11-2012 .


  • Résumé

    Envenimée sous la Restauration, la querelle des classiques et des romantiques se joue en clair-obscur. Fils de la Révolution, le romantisme français se fait d’abord ombre du classicisme qui, sûr de sa splendeur, pourtant s’éteint. La décennie 1820 s’impose comme une période de transition au cours de laquelle l’obscure « nouvelle école » va détrôner la tradition classique pour conquérir sa part de lumière. Ce récit de l’exploit romantique, jusqu’ici, l’histoire littéraire n’en rend compte que par la seule voix des vainqueurs de la bataille. Cependant, lumière et ombre vont de pair, l’histoire du romantisme appelle une autre version pour en compléter la compréhension, version racontée par les défenseurs de la doctrine classique. Partant de cette hypothèse, la présente étude, consacrée à la période 1824-1834, se propose de revisiter ¬quelques grands moments de controverse sur le romantisme dans toutes ses problématiques. On verra ainsi Deschamps réagir à la condamnation académique d’Auger, le duel entre Hoffman et Hugo se poursuivre autour de la question poétique ou encore Janin et Nisard s’affronter sur la condition littéraire après 1830. Les tenants du romantisme ont tort de croire qu’ils l’ont inventé tout seuls ; cette nouvelle pensée esthétique, au contraire, s’est forgée à coups de conflits d’intérêts politiques et littéraires. Dans cette perspective, reconstituer l’enchevêtrement du classicisme et du romantisme permettra de mieux comprendre comment ces deux courants littéraires ont chacun pu construire l’image de soi en même temps que celle de l’autre.

  • Titre traduit

    Classics and romantics : a history of literary controversies (1824-1834)


  • Résumé

    The literary controversy between Classicism and Romanticism represents itself as a drama of light and shadow. Romanticism in the beginning was a shadow of the Classicism that, although proud of its past glory, began to decline. The decade 1820-1830 can be defined as a transition period, during which the obscure “newcomer” dethrones the “old champ”. French literary history has so far recounted this glorious story of the Romantics by referring exclusively to what they told. In other words, little has been done to examine the literary controversy seen by its losers. However, light and shadow go together; so to understand the history of Romanticism as a whole, it is necessary to complete it with another version told by the defenders of classical doctrine. With this in mind, this study attempts to revisit the decade 1824-1834 and to examine some historical controversies covering a wide range of subjects related to French Romanticism: thus we will be concerned with the anti-romantic speech of the academician Louis-Simon Auger that raised objections from Romantics such as Émile Deschamps, the debate between François-Benoît Hoffman and Victor Hugo about the poetic use of “image” or that of Désiré Nisard and Jules Janin about the condition of literature after the July Revolution of 1830. Romantics are wrong to consider Romanticism as their own creation. On the contrary, this new esthetic movement has been established through various conflicts between classical and romantic schools. From this point of view, analyzing their controversies will make it possible to understand how these two literary movements have created their own image as well as that of their opponent.