Le pouvoir politique entre conservation et modération : histoire d'un problème au prisme de l'expérience constitutionnelle mexicaine (1824-1842)

par Frida Osorio

Thèse de doctorat en Science politique

Sous la direction de Gil Delannoi.

Thèses en préparation à Paris, Institut d'études politiques , dans le cadre de Institut d'études politiques (Paris). École doctorale depuis le 01-10-2006 .


  • Résumé

    Dans un contexte de graves bouleversements politiques, le souci d'éviter un exercice débridé du pouvoir fut au Mexique indissociable de la difficulté de palier la faiblesse de la structure et de l'autorité de l'État. Cette tension fait signe vers le problème de la conciliation de l'exigence de liberté et du besoin de l'autorité de l'État auquel ont fait face les régimes politiques issus des révolutions modernes. Notre étude a pour but de restituer la manière dont ce problème s'est posé au Mexique au sortir de la révolution d'Indépendance et les réponses qui y ont été apportées. L'essentiel de notre étude porte sur la difficulté rencontrée par le constitutionnalisme mexicain de consolider l'autorité de l'État sans tomber dans l'arbitraire. Nous cherchons à montrer que le souci d'articuler les exigences de modération et de conservation du pouvoir politique a notamment insipré l'introduction d'une tierce partie neutre visant le contrôle de la constitutionnalité des lois et la mise en œuvre effective de solutions efficaces pour faire face aux différentes crises politiques menaçant l'État. Il s'agit du seul cas dans le monde hispanique où l'on a tenté d'instituer un pouvoir neutre de ce genre dans un régime républicain. Ainsi, notre thèse s'inscrit en faux contre les paradigmes interprétatifs qui soutiennent que les constitutions établies au Mexique au XIXe siècle n'auraient servi que de déguisement à une idéologie foncièrement autoritaire.

  • Titre traduit

    Political power between conservation and moderation: the history of a problem through the Mexican constitutional experience (1824-1842)


  • Résumé

    In a context of serious political upheavels, the need to avoid unbridled exercice of power was for Mexico inseparable from the difficulty to overcome the weakness of the authority of the State. This tension brings up the problem of reconciling the claim for freedom and the need of authority from the State which political regimes stemming from modern revolutions had already faced. Our study aims to echo how this problem arose in Mexico at the end of the war of Independence and the answers that were given. This work mainly focuses on the difficulties met by the Mexican constitutionalism to consolidate the authority of the State without falling into arbitrariness. We seek to show that the will to articulate the exigenciesof conservation and moderation of the political power inspired the implementation of a neutral third party device aiming to control law's constitutionality and to carry out effective solutions to deal with political crises. This is the only case in the Hispanic world where a neutral power of this kind was intended to be established in a republican regime. Thus, our dissertation disagrees with the interpretations that advocate that the constitutions established in Mexco in the Nineteenth-Century would have only served to disguise an authoritarian ideology.