Activités économiques des femmes et partage des tâches domestiques et des dépenses financières dans les ménages urbains à Cotonou, Lomé et Ouagadougou

par Norbert Kpadonou

Projet de thèse en Demographie

Sous la direction de María-Eugenia Cosío-Zavala.

Thèses en préparation à Paris 10 , dans le cadre de Ecole doctorale Economie, organisations, société (Nanterre) , en partenariat avec CERPOS laboratoire EA 4429 (laboratoire) depuis le 27-09-2012 .


  • Résumé

    La société africaine a été pendant longtemps caractérisée par une séparation des rôles masculins et féminins au sein du ménage. Les femmes, mères et gardiennes de foyer, s’occupent des tâches domestiques non rémunérées tandis que les hommes ont la responsabilité économique du ménage. L’activité et la contribution productive des femmes sont souvent sous estimées alors qu’elles exercent au delà des tâches domestiques, des activités économiques importantes pour le bien-être du ménage (Charmes, 2005). L’Afrique subsaharienne figure parmi les régions du monde où le taux d’activité des femmes est le plus élevé. Pourtant, les femmes étaient presque absentes sur le marché du travail formel et étaient plus présentes dans le secteur informel avec des activités précaires qui généraient très peu de revenu. Selon l’OIT, en 2007 seulement 15% des femmes occupaient un emploi salarié contre 30% des hommes. Les activités féminines étaient très peu valorisées et leur contribution au revenu monétaire du ménage très faible. Les hommes étaient les seuls pourvoyeurs de revenus du ménage surtout en milieu urbain grâce aux avantages tirés des emplois salariés. Cependant, plusieurs changements intervenus ces dernières décennies en Afrique subsaharienne tendent à bouleverser cette dichotomie classique des responsabilités conjugales des hommes et des femmes de façon globale et plus particulièrement dans les grandes agglomérations urbaines. En effet, la crise économiques des années 1980 et les conséquences des réformes macroéconomiques subséquentes menées sous le contrôle du Fonds Monétaire International (FMI) et la Banque Mondiale (BM) ont considérablement affecté les capacités financières des hommes. Dans la plupart des pays ouest africains où l’Etat et les entreprises publiques étaient les seuls pourvoyeurs d’emplois salariés, il y a eu le gel des recrutements à la fonction publique, la fermeture de certaines entreprises d’Etat et la privatisation d’autres avec des licenciements massifs. Plusieurs départs ciblés et des départs volontaires de la fonction publique et des entreprises d’Etat ont été enregistrés au Bénin. Selon l’OIT en 2009, le nombre de fonctionnaires a considérablement diminué dans les grands centres urbains en Afrique de l’Ouest entre 1990 et 2000. Malheureusement le secteur privé moderne n’a pas pu assurer le relais pour combler le vide créé au niveau des emplois publics. Dans ce climat d’affaiblissement des capacités financières des hommes, les femmes deviennent un élément incontournable dans les stratégies de survie des ménages. Non seulement elles exercent des emplois informels comme le petit commerce qui génèrent des revenus indispensables au ménage, mais avec le progrès de la scolarisation et les politiques de promotion de la femme, elles accèdent aussi à des emplois formels. Ces changements induisent des transformations dans l’organisation familiale et dans les rapports entre hommes et femmes à l’intérieur d’un même ménage. Cette thèse s’inscrit dans le cadre du programme FAGEAC1 dont l’objectif principal est de mettre en évidence les réaménagements familiaux à travers des mobilités sociales et économiques que connaissent les femmes aujourd’hui et d’en évaluer les conséquences en termes de rapports sociaux de sexe et de génération et les conséquences en termes de transferts (directs ou indirects) au sein de la famille dans les villes de Cotonou, Lomé et Ouagadougou. Ce programme vise spécifiquement à analyser les formes contemporaines de familles à Lomé, Cotonou et Ouagadougou, à étudier les déterminants et les modalités sociales de l'activité des femmes dans ces centres urbains, à analyser les mutations des fonctions assurantielles des unions conjugales dans une perspective anthropologique, démographique et économique, à mieux décrire et analyser l’évolution concomitante des relations sociales et en particulier de la diversité des rapports sociaux de sexe et à comprendre et analyser les implications de ces dynamiques sur les profils des ménages urbains et les dynamiques conjugales et familiales. Cet travail s’intéresse particulièrement aux activités menées par les femmes dans les villes de Cotonou, Lomé et Ouagagoudou, à la gestion des tâches à l’intérieur du ménage, à la prise en charge des dépenses et à la circulation des ressources entre les membres du ménage. Il s’agit d’analyser les activités menées par les femmes surtout hors du domicile, d’étudier la répartition des tâches ménagères et d’analyser la contribution de chaque membre aux dépenses du ménage dans une perspective des rapports sociaux de genre. Nous utilisons une démarche quantitative basée sur les données à collecter dans le cadre du programme FAGEAC à travers un questionnaire ménage et un questionnaire individuel homme/femme destiné aux membres adultes du ménage. Des carnets de dépenses seront également distribués aux membres du ménage. La première année sera consacrée à la revue documentaire en vue d’affiner la problématique d’une part et d’autre part à la collecte des données. La rédaction commence la deuxième année pour être complètement bouclée la troisième année. Le calendrier indicatif suivant sera suivi : Semestre 1 : Revue documentaire et affinement de la problématique Semestre 2 : Collecte des données programme FAGEAC et exploitation de données secondaires Semestres 3 et 4 : Analyse des données quantitatives Semestres 5 et 6 : Rédaction Cadre institutionnel Je fais partie de l’équipe du programme FAGEAC depuis février 2011 en qualité de statisticien assistant de recherche. A ce titre, nous avons réalisé l’analyse de la structure des ménages à partir des EDS et des recensements du Bénin, du Burkina Faso et du Togo. Les résultats ont fais l’objet de communication à la conférence de l’UEPA (Ouagadougou, décembre 2011) et à la conférence de l’ACEA (Québec, mai 2012). J’ai étudié la fécondité et l’accessibilité des femmes à l’emploi à Cotonou pour mon mémoire de master qui a aussi servi de communication à la conférence de l’UEPA. Cette thèse est une suite de ces recherches déjà entamées.


  • Pas de résumé disponible.