Peur de chuter, contrôle supraspinal de la marche et personne âgée : quelle relation ?

par Farah El Mir El Ayoubi

Projet de thèse en Recherche clinique, innovation technologique, santé publique

Sous la direction de Olivier Beauchet.

Thèses en préparation à Angers , dans le cadre de École doctorale 502 Biologie-Santé (Nantes-Angers) depuis le 19-10-2012 .


  • Résumé

    Les modifications de la marche liées à la peur de chuter sont généralement classées comme des troubles du contrôle de la marche supraspinaux, dits « de haut niveau » car rapportées à une déficience dans le contrôle cortical de la marche. Il est maintenant bien établi que l’étude de la variation des caractéristiques du pas, et notamment celles du temps du pas, est un moyen d’appréhender la désorganisation du caractère automatique de la marche. En effet, la variabilité du temps du cycle de marche qui semble être un marqueur du contrôle cortical de la marche est inversement reliée à la stabilité de la marche. Très peu d’études se sont intéressées à l’association entre la variabilité du temps du cycle de marche et la peur de chuter chez la personne âgée. Ces études ont montré des résultats divergents principalement en raison de la non-prise en compte de potentiels facteurs de confusion. Le travail de thèse que nous présentons a pour objectif principal d’étudier l’association entre la variabilité de la marche et la peur de chuter chez des personnes âgées en tenant compte des potentiels facteurs pouvant influencer la relation entre ces deux variables, afin d’appréhender la relation de causalité qui peut les unir. Nos résultats montrent que la peur de chuter est associée significativement à une augmentation de la variabilité de la marche. En effet, la combinaison peur de chuter et antécédent de chutes augmente la variabilité du temps du cycle de marche. Cependant, l’effet de cette combinaison dépend du niveau de la vitesse de la marche.


  • Résumé

    Changes in gait performance related to fear of falling (FOF) are usually classified as supraspinal gait control disorders called “higher-level gait disorders” due to impairment in cortical gait control. It is now well established that the study of the variability in stride characteristics and in particular the variability of stride time, provide information on the impairment of the automatic character of gait. In fact, gait variability, which is a biomarker of higher-level gait disorders, is inversely related to gait stability. A limited number of studies have examined the association between FOF and higher stride time variability (STV), and have showed mixed results mainly due to the non-consideration of potential factors that may influence the relationship between STV and FOF. Thus, the main objective of this thesis was to examine the association between STV and FOF in elder people taking into account the potential factors influencing the relationship between these two variables. Our results show that FOF is significantly associated with an increase in STV. Indeed, the combination of FOF and history of previous falls increases STV. The adverse gait effect of this combination depends on the level of the walking speed.