Les incidences biographiques de la ségrégation : trajectoires et mémoires des enfants des bidonvilles et cités de transit de l’après-guerre en France

par Margot Delon

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Marco Oberti.

Thèses en préparation à Paris, Institut d'études politiques , dans le cadre de Institut d'études politiques (Paris). École doctorale depuis le 01-10-2012 .


  • Résumé

    Que sont devenus les enfants des bidonvilles et cités de transit de l’après-guerre en France ? Alliant entretiens, observations, archives et statistiques, la thèse reconstitue les expériences et les trajectoires d’individus d’origines algérienne, marocaine et portugaise ayant grandi dans les bidonvilles et cités de Nanterre et de Champigny-sur-Marne, en Île-de-France. Elle rend compte de leur vécu dans ces formes d’habitat précaires, ségrégées et stigmatisées qui ont duré de nombreuses années en insistant sur la diversité des expériences résidentielles et donc de leurs effets socialisateurs. De fait, les anciens enfants des bidonvilles et cités ont connu des trajectoires variées et n’interprètent pas cet épisode de la même façon. Quatre profils sont analysés : le reproduction des inégalités, les petites promotions locales, la reproduction de l’isolement et les ascensions sociales individuelles. La divergence de ces parcours tient à deux ensembles de facteurs. D’une part, ces familles ont été des cibles privilégiées des politiques nationales et municipales de l’habitat et de l’immigration. En catégorisant et en traitant différemment les bidonvilles et cités de transit selon l’origine de leurs habitants et leur localisation, ces politiques publiques ont eu des effets de court, moyen et long terme très importants. D’autre part, les trajectoires de ces descendants d’immigrés ont été forgées par les ressources et les dispositions antérieures à la migration de leurs parents ainsi que par les contextes relationnels dans lesquels ils ont évolué dans les bidonvilles et les cités de transit.

  • Titre traduit

    The biographical incidences of segregation: trajectories and memories of slum children in Post War France


  • Résumé

    What has become of children living in slums in Post-War France? Drawing from an investigation based on interviews, observations, archive work and statistics, I analyze in this dissertation the experiences and trajectories of individuals of Algerian, Moroccan and Portuguese descent who grew up in slums in Nanterre and Champigny-sur-Marne slums (Île-de-France region). I explain what it may have meant to live all these years in such a deprived, segregated and stigmatized form of housing and I insist on the diversity of residential experiences and of socialization effects. Indeed, previous slum children have known various trajectories and they don’t interpret this episode in the same way. Four profiles are analyzed: the reproduction of inequalities, the moderate mobilities, the reproduction of isolation, the upward trajectories. Two series of factor explain these differences. First, these families have first been targeted by national and local policies of housing and migration. By categorizing and treating differently slums depending on their inhabitants’ origins and on their location, these public policies have had very important short, mean and long time effects. Second, the trajectories have also been formed by their parents’ pre-migration resources and dispositions and by the relational contexts they evolved in while being in slums.