Geste et texture / homme et machine : une étude comparative sur la production et la réception de la musique mixte

par Eric Maestri

Thèse de doctorat en Arts

Sous la direction de Alessandro Arbo et de Laurent Pottier.

Thèses en préparation à Strasbourg , dans le cadre de Ecole doctorales des humanités (ED 520) (Strasbourg) , en partenariat avec Approches contemporaines de la création et de la réflexion artistiques (Strasbourg) (laboratoire) .


  • Résumé

    L’étude de la musique mixte est caractérisée par un dualisme d’approches, ceux qui étudient les dispositifs et ceux qui utilisent les stratégies analytiques perceptives issues de la musique électroacoustique. Pour surmonter ce dualisme, cette thèse esquisse une typologie à partir de la perception de l’interaction des composantes instrumentale et électronique : les œuvres mixtes sont considérées comme des « œuvres hybrides » juxtapositionnelles, synthétiques et transformationnelles. Afin de conjuguer les aspects de la perception et de la prescription dans la musique mixte, les notions de geste et texture s’avèrent pertinentes. Une approche analytique holistique est proposée. La définition d’un objet spécifique, le « son mixte », nous permet d’interpréter d’une manière originale la spectromorphologie de Denis Smalley et d’examiner ses fondements épistémologiques. Les critères perceptifs de la typologie s’avèrent fondés sur une répartition fonctionnelle des débuts, entretiens et extinctions sonores des « sons mixtes » entre la partie instrumentale et électronique. Cette perspective est validée par l’analyse comparative de cinq cas d’étude : Sopiana et Aulodie de François-Bernard Mâche, Pluton de Philippe Manoury, Traiettoria de Marco Stroppa et Mixtur de Karlheinz Stockhausen.


  • Résumé

    The study of mixed music is characterized by a dualist approach: on the one hand, an analysis that merely focuses on technical means and, on the other hand, research resorting to perceptive strategies in the analysis of electroacoustic music. In order to overcome this traditional dualism, this work sketches a perceptive typology of the interaction between instrumental and electronic components, mixed music works are considered juxtapositionals, synthetics and transformationals. In doing so, the thesis advances an analytical holistic approach in order to combine the concepts of perception and prescription in mixed music, where the notions of gesture and texture are particularly relevant. The definition of a specific objet, i.e. the “mixed sound”, allows for an original interpretation of Denis Smalley’s spectromorphology and its epistemological framework. As a result, the typological perceptive criteria here proposed are based on the functional distribution of the attacks, sustains and decays of “mixed sounds” between the instrumental and the electronic parts. This hypothesis is illustrated through the detailed analysis of five case studies: François-Bernard Mâche’s Sopiana and Aulodie, Philippe Manoury’s Pluton, Marco Stroppa’s Traiettoria and Karlheinz Stockhausen’s Mixtur.