Les stratégies de coping en contexte de violences conjugales : etude de leurs effets sur la souffrance psychique et la qualité de vie des femmes victimes de violences conjugales

par Hinda Hamdi

Projet de thèse en Psychologie

Sous la direction de Cyrille Bouvet.

Thèses en préparation à Paris 10 , dans le cadre de Ecole doctorale Connaissance, langage et modélisation (Nanterre) , en partenariat avec CLInique PSYchanalyse Développement (Nanterre) (laboratoire) depuis le 09-10-2012 .


  • Résumé

    Introduction : Les violences conjugales constituent une source de stress importante pour les femmes qui en sont victimes. Pour faire face au stress perçu, ces dernières ont tendance à mettre en place des stratégies d’adaptation au stress dites stratégies de coping. Si celles-ci sont dysfonctionnelles, elles peuvent menacer la santé mentale. Dans cette perspective, l’objectif principal de la présente thèse est de mesurer l’efficacité potentielle de plusieurs stratégies de coping sur l’intensité de diverses dimensions psychologiques (l’anxiété état-trait, la dépression, le stress post-traumatique, la dissociation et la perception de la qualité de vie) dans un contexte spécifique de violences conjugales. Et ce, de façon à dégager des applications psychothérapeutiques centrées sur l’apprentissage de stratégies de coping qui joueraient un rôle bénéfique sur la santé mentale de femmes victimes de violences conjugales. L’objectif secondaire de cette thèse est de proposer une étude comparative entre un groupe de femmes victimes de violences conjugales et un groupe témoin de femmes non victimes de violences issues de la population générale, selon les variables mesurées. Méthode : Les données ont été recueillies, selon une approche quantitative (questionnaires d’auto-évaluation scientifiquement valides) et qualitative (guide d’entretien semi-structuré), auprès de 78 femmes victimes de violences conjugales et de 99 femmes issues de la population générale. Des analyses bivariées, multivariées et des tests de comparaison ont été effectués pour tester, sur le plan statistique, nos hypothèses de recherche. Résultats : Les résultats principaux indiquent que chez des femmes victimes de violences conjugales, les stratégies de coping centrées sur le problème, centrées sur la résolution de problème et centrées sur l’évolution personnelle sont particulièrement efficaces pour le niveau d’anxiété-dépression et pour permettre une perception satisfaisante de la qualité de vie. Les stratégies de coping centrées sur l’autocontrôle jouent un rôle bénéfique sur la perception de la qualité de vie. En revanche, des stratégies de coping telles que celles centrées sur l’évasion apparaissent comme néfastes pour toutes les variables psychologiques étudiées. Les stratégies de coping centrées sur l’émotion et centrées sur l’acceptation jouent un rôle délétère sur le niveau de stress post-traumatique. Enfin, aucune des stratégies de coping mesurées n’a eu de liens favorables avec le niveau de dissociation. Les femmes victimes de violences conjugales souffrant de dissociation à un degré pathologique constituent une population fortement à risque. Concernant l’étude comparative, nos résultats révèlent que les femmes victimes de violences conjugales sont plus anxieuses, plus dépressives, plus psychotraumatisées, plus dissociées et ont une moins bonne perception de la qualité de vie que les femmes issues d’un groupe témoin. Elles utilisent plus de stratégies de coping centrées sur le problème, centrées sur l’acceptation et centrées sur l’évasion, et moins de stratégies de coping centrées sur la recherche de soutien social que celles issues du groupe témoin. Conclusion : Des pistes de réflexion intégrant la question des stratégies de coping ont été proposées pour améliorer la prise en charge psychothérapeutique des femmes victimes de violences conjugales. La création de nouvelles stratégies de coping davantage spécifiques et adaptées à un contexte de violences conjugales a également été suggérée, et des propositions ont été faites.

  • Titre traduit

    Coping strategies in the context of domestic violence : study of their effects on mental suffering and life quality of women victims of domestic violence


  • Résumé

    Introduction : Domestic violence constitutes an important source of stress for women who are victims. To face the stress felt, the latter tend to set up strategies of adaptation to this stress called coping strategies. If these are dysfunctional, they can threaten mental health. In this perspective, the main objective of the present thesis is to measure the potential efficiency of several coping strategies on the intensity of diverse psychological dimensions (anxiety-state-trait, depression, post-traumatic stress, dissociation and perception of life quality) in a specific context of domestic violence. And thus, to bring out psychotherapeutic applications centered on the learning of coping strategies which would play a beneficial role on the mental health of women victims of domestic violence. The secondary objective of this thesis is to propose a comparative study between a group of women victims of domestic violence and a control group of women who have not been victims of violence, stemming from the general population, according to the measured variables. Method : The data were collected, according to a quantitative approach (questionnaires of self-assessment scientifically valid) and qualitative (semi-structured interview guide), amongst 78 women victims of domestic violence and 99 women stemming from the general population. Bivariate, multivariate analyses and comparative tests were carried out to test, at a statistical level, our hypotheses of research. Results : The main results indicate that concerning women victims of domestic violence, the coping strategies centered on the problem, centered on the resolution of the problem, and centered on personal evolution are particularly effective for the level of anxiety-depression and to allow a satisfactory perception of life quality. The coping strategies centered on the autocontrol play a beneficial role on the perception of life quality. However, coping strategies such as those centered on escaping, appear as detrimental for all the psychological variables studied. The coping strategies centered on emotion and centered on acceptance play a noxious role on the level of post-traumatic stress. Finally, none of, the coping strategies measured had favorable links on the level of dissociation. Women victims of domestic violence suffering from dissociation at a pathological degree constitute a population strongly at risk. Concerning the comparative study, our results reveal that women victims of domestic violence are more anxious, more depressive, more pathologically traumatized, more dissociated and have a poorer perception of life quality than women stemming from a control group. They use more coping strategies centered on the problem, centered on acceptance and centered on escaping, and fewer coping strategies centered on research for social support than those stemming from the control group. Conclusion : Lines of thought integrating the topic of coping strategies were proposed to improve the psychotherapeutic care of women victims of domestic violence. New strategies of coping, more specific and adapted to a context of domestic violence, have also been suggested, and proposals were made.