Les Cultures du Sud et le Tourisme

par Carole Payon

Projet de thèse en Science du tourisme

Sous la direction de Jean-Michel Hoerner et de Nicolas Peypoch.

Thèses en préparation à Perpignan , dans le cadre de École Doctorale INTER-MED (Perpignan) depuis le 08-10-2012 .


  • Résumé

    Au départ mon sujet portait sur « le Tourisme et l’Islam » , en raison de mes recherches je me suis heurtée à un manque de documentations sur ce sujet assez délicat et important d’où j’ai décidé avec l’appui de mon directeur de donner une autre orientation à mon sujet qui bien sûr fera intervenir la question sur les religions. A cet effet, la nouvelle orientation nous a redirigé vers ce sujet qui loin d’être encore bien défini s’intitulera « Les Cultures du Sud et le Tourisme » où, nous ferons intervenir les notions de choc culturel, identité, voyage, interculturel, culture. L’objectif dans ce sujet sera de démontrer le problème culturel du tourisme dans les pays du Sud. En fait, le tourisme international est un secteur globalement en forte croissance et, l’importance de ce secteur est devenue stratégique pour bon nombre de pays. De plus, le nombre de touristes internationaux (la plupart des touristes venus du Nord) se déversant dans les pays du Sud est sans cesse en augmentation d’où, les populations du Sud ont l’impression que les touristes du Nord sont toujours des colons, car ils ont leur culture à laquelle ils sont attachés et ils ont peur qu’elle perde tout son sens, sa valeur et, ce au détriment de celles importées par le développement touristique, à travers le comportement des touristes aux modes de consommation différents. Il faut tout de même reconnaître que depuis sa découverte jusqu’à sa mondialisation, le tourisme a toujours été et reste une activité très européenne. De ce fait, pour les populations du Sud, le tourisme est une activité exportée qui ne passe pas toujours pour plusieurs raisons entre autres nous pouvons citer : la dénaturalisation de leur culture, retombées locales insuffisantes, prostitution infantile, pédophilie, transformation des paysages, tourisme sexuel, dégradation, problème religieux, choc entre touristes et autochtones, surfréquentation, pollution, la liste est loin d’être exhaustive. Il ya certes un côté négatif que véhicule l’activité touristique vécue par les pays du Sud qui est le néo-colonialisme car, ces pays pensent qu’il y a toujours un effet de domination. Ainsi, dans son livre Géopolitique du tourisme, Jean –Michel Hoerner à ce sujet préfère aborder la notion de colonisme à celle de néo-colonialisme en affirmant que : « L’industrie touristique formerait une sorte de ‘colonialisme qui impose la domination économique à une ancienne colonie ayant accédé à l’indépendance’, les touristes étant ‘des colons d’un nouveau style’. » Cependant, le côté positif reste l’insertion à la démocratie, l’ouverture aux frontières, la rencontre, la découverte de l’autre. Ceci étant, il faut reconnaître qu’économiquement le tourisme est un facteur très important dans bon nombre de pays du Sud aujourd’hui et, est même considéré comme un levier de développement non négligeable que certains de ces pays doivent prendre à profit. Ce sujet s’étoffera durant ces deux années à venir par des voyages que j’effectuerai sur le terrain dans au moins deux pays du Sud suivant mes moyens financiers afin de pouvoir recueillir le ressenti de ces populations réceptrices face à ce dynamisme touristique international. Nous allons aborder plusieurs questions comme : Qu’est ce qui pourrait attirer les touristes aujourd’hui dans les cultures du Sud ? Comment mesurer l’impact de la rencontre interculturelle ? Quel est le côté négatif et positif du tourisme ?... Nous allons aussi tenter de prendre contact avec certains touristes européens qui ont fait ce voyage de découverte vers les pays du Sud un jour pour avoir leur ressenti. Soulignons que, avant le voyage, il y a l’appréhension, les aprioris, les préjugés mais, une fois sur place il y a le vécu, la réalité. Confrontés à la spiritualité qui absorbe le quotidien, à la foule et la misère, certains touristes sont victimes du choc culturel mais le meilleur moyen de le contrer c’est de vivre cette expérience.


  • Pas de résumé disponible.