Le nouveau théâtre espagnol : la résistance politique, culturelle et esthétique d’un mouvement néo-avant-gardiste (1967-1978)

par Anne-Laure Feuillastre

Projet de thèse en Langues, littérature et civilisations romanes : Espagnol


Sous la direction de Zoraida Carandell.

Thèses en préparation à Paris 10 , dans le cadre de Ecole doctorale Lettres, langues, spectacles (Nanterre) , en partenariat avec Études romanes (Nanterre) (laboratoire) depuis le 01-10-2012 .


  • Résumé

    Cette thèse souhaite reconstituer l’histoire du Nouveau Théâtre Espagnol, courant marginalisé de la scène en son temps, dans une double optique : celle de la diffusion —dans ses multiples aspects— et celle de la caractérisation éthique et esthétique. Incluant aussi les pièces censurées et inédites, l’étude propose de faire revivre un mouvement dramatique et scénique novateur qui s’est développé en Espagne pendant le franquisme tardif et le début de la Transition (1967-1978), artistiquement expérimental, culturellement anticonformiste, esthétiquement anti-conventionnel et politiquement antifranquiste. La recherche de nouvelles propositions et de solutions scéniques a provoqué l’apparition d’une néo-avant-garde à la fin de la dictature ; ces productions étaient impossibles à contenir dans les limites structurelles du théâtre commercial (œuvres classiques, comédies d’évasion), ni même dans celles des propositions du Réalisme contemporain. La transformation voulue de la scène dramatique passait par une prise de conscience progressive de groupe —marginalisé de diverses manières— ainsi que par la création de nouvelles formes non aristotéliciennes (parfois inspirées de l’avant-garde scénique européenne et américaine) et de nouveaux modes d’expressions fondés sur la création langagière, la provocation verbale, l’allégorie et le symbole. Ce travail propose une réflexion sur la dénomination et le concept même du Nouveau Théâtre Espagnol, sur son contexte socio-culturel et politique —décisifs pour son essor et son développement— et veut offrir une approche d’analyse stylistique afin de préciser les caractères définitoires du mouvement.

  • Titre traduit

    The spanish new drama : politic, cultural and aesthetic resistance of a neo avant-gardist movement (1967-1978)


  • Résumé

    This Ph. D. thesis tries to reconstruct, under a double perspective, the history of the Spanish New Theatre, an artistic manifestation marginalised from the scenes on its times; the essay considers its extent –on multiple aspects– and its ethic and aesthetic characterisation. Including also censored and unpublished plays, this study intends to revive an innovative scenic and dramatic movement which developed in Spain during the late Francoism and the early Spanish Transition (1967-1978); it was artistically experimental, culturally non-conformist, aesthetically unconventional and politically anti-Francoist. The search for new scenic propositions and solutions provoked the appearance of a new avant-garde at the end of the dictatorship; its productions were incomprehensible within the structural limits of commercial theatre (classic drama, light comedies) or even contemporary Realism’s propositions. The transformation of the dramatic scene implied a progressive awareness of group –marginalised in many ways– and generated the creation of multiple non-Aristotelic forms (sometimes inspired in the European and American avant-gardes); it supposed also new modes of expression based on a creative language, verbal provocation and an extended use of allegory and symbol. These pages propose a reflection about the Spanish New Theatre’s name and very concept, on its socio-cultural and political context –capital for its birth and development– offering a stylistic analysis approach in order to specify the movement’s defining features.