La départementalisation en Guyane (des années 1930 à la fin des années 1970) : une voie française de décolonisation

par Edenz Maurice

Projet de thèse en Histoire moderne et contemporaine

Sous la direction de Romain Bertrand.

Thèses en préparation à Paris, Institut d'études politiques , dans le cadre de Institut d'études politiques (Paris). École doctorale depuis le 01-10-2012 .


  • Résumé

    Selon Charles-Robert Ageron, le mot décolonisation, qui signifie actuellement le processus par lequel une colonie devient indépendante n’est couramment employé en français qu’à partir du début des années 1950. Toutefois, dès les années 1930, sous le vocable Entkolonisierung, Julius Bonn l’utilisait au sens plus neutre de retrait des puissances impériales, lequel implique pour le territoire concerné la cessation de l’état de colonie. Ce dernier sens peut s’appliquer aux quatre ‘vieilles colonies’ (Guadeloupe, Guyane, Martinique et Réunion), qui deviennent des départements français intégrés à l’ensemble national, à la suite de la loi d’assimilation du 19 mars 1946. Pourtant dans le champ scientifique et politique, c’est le terme de départementalisation qui s’impose pour décrire ce choix singulier de décolonisation française. L’objectif de cette recherche doctorale est de proposer une nouvelle histoire de la départementalisation en la réinsérant dans le cadre conceptuel de la décolonisation. À partir du terrain de la Guyane et d’une approche qui articule histoire institutionnelle et anthropologie, il s’agira d’abord de retracer le processus par lequel s’effectue la décolonisation de ce territoire. Ensuite, on analysera comment se réalise, voire s’accomplit, la transition d’une société coloniale à une société post-coloniale au sein même de l’espace politique national.


  • Pas de résumé disponible.