Évolution et impact de l’œuvre positiviste d’Auguste Comte au Mexique entre 1867 et 1911

par Ombeline Anderouin

Thèse de doctorat en Langues et Littératures romanes

Sous la direction de Erich Fisbach.

Thèses en préparation à Angers , dans le cadre de École doctorale Arts, Lettres, Langues (Rennes) , en partenariat avec Langues, Littératures, Linguistique des Universités d'Angers et du Maine (3L.AM - UPRES EA 4335), Laboratoire (equipe de recherche) depuis le 27-09-2012 .


  • Résumé

    Cette thèse s'intéresse à la mise en œuvre de la philosophie positive d'Auguste Comte au Mexique entre 1867 et 1911. Courant de pensée français créé et développé par Comte au XIXe siècle, le positivisme est à la fois une philosophie, une politique et s’oriente même vers l'essor d'une nouvelle religion. Nous nous concentrerons dans ce travail sur les idées éducatives intrinsèques à l’œuvre comtienne et également sur l'évolutionnisme d'Herbert Spencer, souvent décrit dans le Mexique du XIXe siècle comme étant une forme de positivisme. Outre-Atlantique, nous avons choisi d'étudier l'introduction et le développement des idées positivistes au sein du système éducatif mexicain à partir de 1867 et leur glissement de la sphère éducative à la sphère politique lors de la dictature de Porfirio Díaz entre 1877 et 1911. Au sortir de l'intervention française, les idées positivistes furent adoptées et utilisées par Gabino Barreda afin de réformer l'ensemble du système éducatif grâce à la Loi Organique sur l'Instruction Publique du 2 décembre 1867. Cette loi permit la création de l’École Nationale Préparatoire, véritable laboratoire des principes éducatifs positivistes et dont le but était la formation d'une élite intellectuelle qui permettrait l'essor économique, politique et sociétal du pays. Nous examinerons la manière dont les idées positivistes sont passées de l'éducation à la politique grâce à cette nouvelle génération de jeunes Mexicains et les dérives qui se produisirent à cause du régime dictatorial de Porfirio Díaz. De nombreuses contradictions apparurent également entre les principes enseignés au sein du système scolaire et la réalité sociale et économique de l'époque.


  • Résumé

    This thesis considers how Auguste Comte’s positivist philosophy was put into practice in Mexico between 1867 and 1911. A French spiritual trend created and developed by Comte in the XIX th century, positivism is both a philosophy and a policy, steadily flourishing into a new religion. In this study, we will focus on the inherent educative ideas of the Comtean work as well as Herbert Spenser’s evolutionism, often described in the XIX th century Mexico as a form of positivism. Across the Atlantic, we have chosen to explore the introduction and development of positivist ideas within the Mexican educational system from 1867 onwards and the shifting from the educative to the political sphere during Porfirio Díaz’s dictatorship between 1877 and 1911. By the end of the French involvement, the positivist ideas were adopted and used by Gabino Barreda in order to reform the educational system as a whole, by means of the Organic Law on Public Education of December, 2 nd 1867. The law enabled the creation of the National Preparatory School, a real testing ground for positivist educational principles, whose main purpose was to form an intellectual elite who would allow for a rapid economic, political and societal growth. We will set out to examine the process by which positivist ideas passed from education to politics thanks to this new generation of young Mexicans. Furthermore, we will delve into the drifts that stems from Porfirio Díaz dictatorial regime. Many a discrepancy arose between principles taught within the school system and the practical realities of society and economics of the time.