Les frontières de la santé : institutionnalisation et usages de la médecine chinoise en France

par Fanny Parent

Projet de thèse en Science politique

Sous la direction de Olivier Philippe.

Thèses en préparation à Toulouse 1 , dans le cadre de École doctorale Sciences juridiques et politiques (Toulouse) depuis le 20-09-2012 .


  • Résumé

    Ce projet a pour but d’appréhender les politiques publiques de santé en France à travers l’étude des mécanismes d’appropriation et d’institutionnalisation de la médecine chinoise en France. Le terrain envisagé pour la thèse porte sur les différentes composantes de la médecine chinoise (notamment l’acupuncture, la diététique et la pharmacopée chinoise). Il s'agira donc d’étudier les praticiens en médecine chinoise et leur travail des frontières du champ médical afin de reconfigurer les rapports de pouvoir au sein et aux frontières de ce champ, tout en faisant reconnaître leur pratique comme une modalité légitime d’intervention sur les corps. Cela concerne donc à la fois les frontières internes (à travers les médecins acupuncteurs, sages-femmes qui pratiquent l’acupuncture), et externes (à travers les thérapeutes en médecine chinoise non diplômés d’État) de la médecine. Cela implique de questionner plusieurs points: comment le contexte socio-politique et notamment le nouveau management et la reconfiguration des frontières entre public et privé dans le domaine de la santé, favorise ou non l’émergence de pratiques médicales. D'autre part, dans quelle mesure s’opère une sélection et une réinvention dans la récupération de savoirs culturellement situés ? Enfin, comment des groupes professionnels en concurrence pour normaliser une nouvelle pratique médicale font le choix de faire intervenir la puissance étatique ou préfèrent rester dans un cadre non réglementé et se fondre dans les interstices de la loi ?


  • Pas de résumé disponible.