Le traitement de la question sociale à l'hôpital. L'accès aux soins des populations démunies.

par Jeremy Geeraert

Projet de thèse en Sociologie

Sous la direction de Marie Jaisson.

Thèses en préparation à Paris 13 , dans le cadre de École doctorale Galilée (Villetaneuse, Seine-Saint-Denis) depuis le 18-10-2011 .


  • Résumé

    Depuis quelques années les établissements publics de santé en France doivent faire face à l’augmentation de la pauvreté et aux difficultés croissantes d’accès aux soins de certaines catégories de la population dans un contexte socio-économique d’austérité et de désengagement de l’État. Le droit à la protection de la santé a néanmoins conduit dans certains cas à tenter de trouver des réponses institutionnelles, sociales et médicales à ce phénomène. Le projet de cette recherche doctorale consiste à analyser les modalités de cette nouvelle fonction sociale au sein d’hôpitaux français à travers l’exemple de la mise en place des nouvelles structures que sont les permanences d’accès aux soins de santé (PASS). Instaurée par la loi de lutte contre les discriminations de 1998, elles ont pour mission d’accueillir les catégories les plus précaires de la population. Elles visent, dans les termes de la loi, à faciliter leur accès au système de santé et à les accompagner dans les démarches nécessaires à la reconnaissance de leurs droits en matière de santé. Il s’agit ainsi de déterminer les enjeux sociaux spécifiques qu’a entraîné l’ouverture de l’hôpital, depuis deux décennies, à la gestion médico-sociale des publics les plus précaires.  La mise en place de ces structures et dispositifs dans les hôpitaux provoque un certain nombre de changements dans leur organisation concrète et symbolique qu’il faudra mettre en lumière. Un point essentiel est la conception du soin qu’apportent les PASS, et plus largement le monde social (Strauss, 1978) de la médecine de la précarité, à l’intérieur de l’hôpital public. Cette conception s’oppose à celle qui s’est développée à l’hôpital ces soixante dernières années en ce qu’elle considère l’individu dans ses dimensions sociale, psychologique et économique derrière le patient et qu’elle intègre les déterminants sociaux de la santé. La question sous-jacente est de savoir quelle place et quelle forme prendra la PASS dans l’institution, et quelles significations et symboles vont en émerger. Autrement dit, comment le monde social de la médecine de la précarité, dans lequel les PASS évoluent, s’intègre-t-il par et dans l’hôpital ? Dans quelle mesure la conception du soin qui en découle s’oppose-t-elle ou s’adapte-t-elle à celle de l’hôpital ? Et quelles incidences cette nouvelle conception a-t-elle sur celle qui domine depuis plusieurs décennies et qui est portée par l’idée de haute spécialisation alliée à une technologie de pointe ?

  • Titre traduit

    The social question in the french public hospital. Care access for poor people.


  • Pas de résumé disponible.